Un ex aequo à l’élection présidentielle américaine ? Que se passerait-il si Trump et Biden obtenaient chacun 269 grands électeurs ?

C’est l’un des scénarios encore théoriquement possibles dans cette folle course à la Maison Blanche qui oppose Joe Biden et Donald Trump : si le candidat démocrate remporte l’État de Géorgie, comme il semble être en passe de le faire, mais que tous les autres États encore en lice tombent entre les mains du président sortant, alors les deux candidats disposeraient chacun de 269 grands électeurs. Une égalité parfaite.

Même si les écarts se resserrent en bien des endroits en faveur de Joe Biden, Donald Trump est encore en tête dans les États d’Alaska, de Caroline du Nord et de Pennsylvanie. Si la situation se retournait également dans le Nevada et l’Arizona, Trump pourrait conserver une chance de rester dans le Bureau ovale. Si toutefois il laissait la Géorgie à son rival démocrate, ce serait alors l’ex aequo, un cas de figure presque inédit, que la Constitution américaine a toutefois envisagé.


►►► A lire aussi : Joe Biden passe devant Donald Trump dans un État clé : suivez l’élection américaine en direct


Quelle procédure en cas d’égalité ?

En cas d’égalité, c’est le Congrès qui prend la main, tel que le prévoit précisément le 12e amendement : "Si personne n’obtient une telle majorité, alors la Chambre des Représentants procédera séance tenante à un vote pour choisir un président parmi les 3 personnes ayant obtenu le plus de suffrages". Le Sénat choisit quant à lui le vice-président.

Dans l’éventualité où la Chambre des Représentants ne parvenait pas non plus à choisir un président d’ici au 4 mars suivant, alors c’est le vice-président, choisi par le Sénat, qui occupera la fonction.

Analyse de Mehdi Khelfat sur les élections américaines (JT du 06/11/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK