Viktor Orban à New York pour défendre sa ligne dure contre les réfugiés

Viktor Orban à New York pour défendre sa ligne dure contre les réfugiés
Viktor Orban à New York pour défendre sa ligne dure contre les réfugiés - © DIETER NAGL - AFP

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban est parti à New York, où il entend défendre sa ligne dure dans la crise des migrants devant l'assemblée générale des Nations unies à New York, a-t-on appris mardi auprès de ses services à Budapest.

M. Orban doit participer à l'assemblée générale mercredi. Il a annoncé la semaine dernière souhaiter s'entretenir à cette occasion avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, préalablement à une fermeture par la Hongrie de sa frontière avec la Croatie aux migrants.

La tenue d'une entrevue entre les deux dirigeants n'a pas été immédiatement confirmée par l'Office du Premier ministre mardi.

M. Ban a exhorté lundi les pays européens à "faire plus" en faveur des centaines de milliers de migrants et réfugiés qui affluent vers l'Europe.

Mi-septembre, le secrétaire général avait condamné l'usage par la police hongroise de gaz lacrymogènes et de canons à eau contre des réfugiés lors d'échauffourées le long de la clôture barbelée érigée par Budapest à la frontière serbo-hongroise.

Le gouvernement hongrois a indiqué vouloir plaider devant l'ONU pour l'introduction de "quotas mondiaux" pour la répartition des réfugiés.

Le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, a souligné récemment que "l'Europe ne (devait) pas être la seule à jouer un rôle dans la gestion de la pression migratoire", et que devaient également être impliqués "les grands acteurs de la politique internationale, qui ont participé aux décisions qui ont mené à la création des zones instables près de notre continent".

M. Orban, dont le pays a vu transiter près de 300 000 migrants depuis le début de l'année, a affirmé vendredi qu'après avoir défendu son point de vue, notamment à l'ONU, il entendait rendre étanche aux migrants la frontière croato-hongroise, par où passent la plupart d'entre eux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK