Turquie: quatre passeurs présumés en prison après la mort d'Aylan

La justice turque a inculpé et écroué vendredi quatre passeurs présumés, de nationalité syrienne, après le naufrage qui a causé la mort de douze migrants qui étaient partis pour la Grèce, dont celle du petit Aylan qui a ému le monde entier, a rapporté la presse locale.

Ces quatre personnes, âgées de 30 à 41 ans, ont été formellement accusées par un tribunal de la station balnéaire turque de Bodrum (sud-ouest) d'homicides involontaires et de "trafic d'immigrants" et placées en détention jusqu'à leur procès, a précisé le quotidien Hürriyet.

Douze réfugiés syriens sont morts dans la nuit de mardi à mercredi au large de Bodrum alors qu'ils tentaient de rallier l'île grecque de Kos. Parmi eux figuraient Aylan Shenu, un enfant syrien de trois ans, dont les images du corps gisant sur une plage, relayées par les réseaux sociaux et la presse, ont fait le tour du monde et suscité une vague d'émotion et indignation planétaire.

Aylan, son frère Ghaleb, 5 ans, et sa mère Rihanna, ont été enterrés vendredi dans la ville kurde de Kobané, au nord de la Syrie, qu'ils avaient quitté pour se réfugier en Turquie après la dernière offensive du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en juin.

Depuis plusieurs mois, un nombre croissant de migrants, pour l'essentiel des Syriens, des Afghans ou des Africains, tentent de traverser dans des conditions périlleuses la mer Egée pour rejoindre les îles grecques, portes d'entrées de l'Union européenne (UE).

Entre Bodrum et l'île de Kos, les candidats à l'exil payent plus de 1 000 dollars (900 euros), pour l'un des plus courts passages maritimes entre la Turquie et l'Europe.

Les autorités turques affirment avoir porté secours à plus de 42 000 migrants au large de leurs côtes depuis le début de l'année 2015. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK