Le corps européen de gardes-frontières opérationnel avant fin 2016

Robert Fico, Premier ministre slovaque, et Donald Tusk, président du Conseil européen.
Robert Fico, Premier ministre slovaque, et Donald Tusk, président du Conseil européen. - © STRINGER - AFP

Le nouveau corps européen de garde-frontières et garde-côtes sera opérationnel avant la fin de l'année 2016, pour assurer la protection des frontières extérieures de l'Union européenne, a déclaré le Premier ministre slovaque, Robert Fico, dimanche à la télévision tchèque CT."Le projet est très clair: mettre en œuvre le corps européen de garde-frontières et garde-côtes avant la fin de l'année, avec tout ce que cela implique", a déclaré Robert Fico dont le pays assure actuellement la présidence tournante de l'UE.

"Toutes les démarches législatives en la matière ont été effectuées", a-t-il constaté avant d'ajouter que son pays ferait tout pour que cet objectif soit atteint. Robert Fico se prononçait deux jours après un sommet des dirigeants européens à Bratislava, avec des priorités dominées par la protection des frontières extérieures, la lutte contre le terrorisme et la relance de la défense européenne.

Je veux voir le déploiement dès le mois d'octobre d'au moins 200 gardes-frontières aux frontières extérieures de la Bulgarie

"Le sommet a démontré que lorsqu'il s'agit de la vague migratoire, la politique de l'UE a échoué", a lancé Robert Fico. "C'est ce que nous disions dès le début (au sein du groupe de Visegrad réunissant la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et Slovaquie, ndlr): allons protéger la frontière extérieure et ne permettons pas l'entrée des migrants illégaux, c'est la seule voie", a-t-il rappelé. "On nous a critiqués pour cela. Aujourd'hui, cela devient la ligne officielle de l'UE", a dit le chef du gouvernement slovaque.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lui, a appelé à la mi-septembre à la mise en œuvre rapide du corps européen de gardes-frontières. "Je veux voir le déploiement dès le mois d'octobre d'au moins 200 gardes-frontières et 50 véhicules supplémentaires aux frontières extérieures de la Bulgarie" avec la Turquie, a-t-il d'ores et déjà demandé, à l'occasion de son discours annuel sur l'état de l'Union.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK