Emploi: l'OCDE appelle la Belgique à mieux intégrer les réfugiés

Emploi: l'OCDE appelle la Belgique à mieux intégrer les réfugiés
Emploi: l'OCDE appelle la Belgique à mieux intégrer les réfugiés - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

L' organisation de coopération et de développement économique, l'OCDE, demande à la Belgique de mieux intégrer les réfugiés.

Cette intégration doit se manifester dans le travail mais aussi dans l'enseignement. Cette constatation vaut également pour les personnes peu qualifiées.

C'est une constante. L'OCDE tape depuis longtemps sur ce clou. Il faut intégrer plus vite les réfugiés dans le monde du travail. Plus vite ils ont un travail, plus vite l'intégration se met en marche. Et un réfugié au chômage pèse sur les finances du pays alors qu'il y contribue au contraire lorsqu'il travaille.

La croissance de la Belgique pourrait donc en pâtir plutôt que d'en bénéficier.

Le marché de l'emploi doit donc s'ouvrir plus vite. Certains pays l'ont compris comme la Suède par exemple. Le travail est la priorité lorsqu'un réfugié foule le sol suédois. C'est l'inscription immédiate dans un programme d'intégration professionnelle.

Même problème chez les "sous diplômés"

Trouver un emploi est la mission primordiale. Le service public national de l'emploi prend immédiatement le dossier en charge.

La Belgique doit donc améliorer cette intégration.

Et dans le même temps , un sociologue de l'université d'Anvers lance dans le Morgen un autre cri d'alarme. Les grandes villes belges n'offrent pas assez de travail aux "sous diplômés", les personnes peu qualifiées.

Il s'agirait là d'une solution pour permettre de lutter contre la pauvreté dans un contexte où 28 % des habitants des villes belges sont proches de la pauvreté. En Europe, seules la Bulgarie et la Grèce ont de plus mauvais chiffres.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK