Des tests osseux (contestés) font perdre leur accompagnement à 1500 réfugiés

Les mineurs étrangers non accompagnés (Mena) bénéficient d'un accompagnement spécifique
Les mineurs étrangers non accompagnés (Mena) bénéficient d'un accompagnement spécifique - © BRUNO ARNOLD - BELGA

Quelque 1500 demandeurs d'asile ont perdu leur statut de mineur étranger non accompagné (Mena) à la suite d'un test osseux, rapporte La Dernière Heure vendredi.

Les Mena bénéficient d'un accompagnement sur mesure et ne peuvent être renvoyés dans leur pays. La Belgique en a accueilli environ 5000 en 2015.

Cependant l'Office des étrangers peut émettre des doutes sur l'âge déclaré par le demandeur d'asile. Un test osseux, portant sur la clavicule, le poignet et la dentition est alors effectué.

Une marge d'erreur importante

Dans environ 1500 cas des 2099 tests réalisés entre janvier 2015 et mars 2016, les résultats indiquaient que le migrant était majeur, selon le SPF Justice.

Plusieurs spécialistes du monde médical et du monde associatif remettent cependant ces tests en question. Ils les estiment non fiables en raison de la marge d'erreur (deux ans pour le poignet par exemple).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK