Danemark/Confiscation des biens des réfugiés: pas de débat en plénière à l'UE

Le Danemark ne fera pas l'objet d'un débat en séance plénière comme ce fut le cas pour la Pologne.
Le Danemark ne fera pas l'objet d'un débat en séance plénière comme ce fut le cas pour la Pologne. - © CLAUS FISKER - AFP

La mesure fait grand bruit depuis plus d'un mois : le Danemark prévoit de confisquer les biens de valeur des réfugiés qui arrivent sur son territoire. L'objectif officiel est que cela permettrait de financer leur accueil.

Dans les faits, la mesure aurait comme effet de décourager les réfugiés à se rendre au Danemark. Faut-il débattre de ce dossier au sein du Parlement européen comme cela a été fait mardi avec la Pologne ? La question divise les eurodéputés.

Une chose est sûre. La loi danoise controversée ne sera pas débattue cette semaine à Strasbourg. Pourtant, dans un premier temps, il avait été convenu que les eurodéputés en parleraient lundi dernier au sein de la commission des libertés civiles du Parlement européen. Mais cette commission n’a pas abordé le sujet ni lundi, ni mardi d’ailleurs.

"Une question de crédibilité"

Du coup, mécontent, le Belge Philippe Lamberts, co-président du groupe des Verts, a demandé ce mercredi que l’on en parle en séance plénière du Parlement européen. Il s'agit selon lui d'une question d’équité.

"Nous avons consacré un temps considérable et justifié à la situation en Pologne, a-t-il commenté. Nous avons une situation qui est en train de se développer au Danemark qui, je pense, nécessite que nous en débattions. Je pense que c’est une question de crédibilité, pour l’Union européenne et pour cette instance, de traiter les États de manière équitable."

Mardi, le débat sur l’état de droit en Pologne s’est en effet tenu en présence de la Première ministre polonaise, Beata Szydlo, devant l’ensemble des députés européens.

Un débat à la veille du vote national

Mais, finalement, la proposition de Philippe Lamberts n’a pas été suivie. Le débat sur le Danemark aura lieu en commission lundi prochain, en théorie à la veille du vote à Copenhague de cette loi controversée sur la confiscation des biens des réfugiés.

Le Conseil de l’Europe s’inquiète aussi de la situation. Cette organisation intergouvernementale européenne (à ne pas confondre avec le Conseil européen), critique aussi le projet de loi de confiscation des biens des réfugiés, mais aussi deux autres mesures du gouvernement danois : les restrictions au regroupement familial et l’extension de la détention des demandeurs d’asile, notamment en cas d’arrivée massive de réfugiés.

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK