Crise des réfugiés: "Pourquoi cette amnésie européenne?"

Michaëlle Jean a fui Haïti à l'âge de 11 ans et trouvé refuge au Canada où elle a occupé l'un des plus hautes fonctions officielles de l'État.
Michaëlle Jean a fui Haïti à l'âge de 11 ans et trouvé refuge au Canada où elle a occupé l'un des plus hautes fonctions officielles de l'État. - © ADRIAN WYLD - AFP

La Francophonie rassemble 80 pays sur tous les continents. Michaëlle Jean, sa secrétaire générale, était ce jeudi l'invitée de Matin Première. L'occasion pour elle d'évoquer cette organisation internationale parfois méconnue du grand public, et la crise des réfugiés que traverse l'Europe aujourd'hui.

"Le fait que nous soyons 80 États et gouvernements sur les cinq continents, c'est une force, parce que nous regroupons à la fois des pays très avancés avec plein de moyens, des pays en émergence, des pays en développement, et des pays moins avancés, indique la Canadienne d'origine haïtienne. C'est une force de solidarité incroyable, et une force d'expérience et de solutions. Nous commerçons ensemble et nous sommes solidairement ensemble."

Agir à la source du problème

Il s'agit aussi de "provoquer des rencontres" entre ces différents États et d'agir sur "des programmes concrets". La crise migratoire est l'un de ces champs d'actions : "Nous sommes un espace de pays, parmi lesquels il y a à la fois des pays de départ, des pays de transit, des pays de destination, et éventuellement des pays d'accueil. Notre posture est de dire : 'Il faut agir à la source même du problème'."

Beaucoup de pays de départ sont d'Afrique subsaharienne. L'objectif est, pour la Francophonie de "créer des possibilités de trouver un épanouissement, des opportunités, faire en sorte de redonner espoir à ces populations", dans leur pays d'origine. L'organisation déploie dès lors un "réseau d'incubateurs et d'accélérateurs de très petites, petites et moyennes entreprises et industries", précise Michaëlle Jean. "Nous rassemblons les conditions qu'il faut pour la formation, l'éducation… Il faut rehausser les compétences et les capacités, après discussion avec les pays, qui nous indiquent les filières qu'ils veulent développer. Et nous sommes là pour accompagner les pays, nous rassemblons des moyens, nous discutons avec des institutions financières comme la Banque mondiale, la Banque africaine de développement…"

"Pourquoi cette amnésie ?"

Michaëlle Jean a fui Haïti à l'âge de onze ans pour trouver refuge au Canada. Elle a atteint l'une des plus hautes fonctions de l'État, en tant que gouverneur général du Canada, et s'est aussi fait connaître du public en tant que journaliste à la télévision. Ce passé et ce parcours font d'elle un symbole. Et lui font porter un regard particulier sur la crise des réfugiés.

"Si les Européens se souvenaient que, dans toutes les épreuves vécues par l'Europe, ils sont aussi passés par là. Par milliers, des Européens ont trouvé ça dans un pays comme le Canada ou ailleurs. Vous l'avez donc déjà vécu. Alors pourquoi cette amnésie ? Pourquoi cette indifférence ? Et s'ils regardaient ceux qui viennent aujourd'hui frapper à leur porte et se disaient : 'Ça pourrait être moi, ça a déjà été moi. Ça a déjà été mon grand-père, mon arrière-grand-père, ma grand-mère'. C'est cela : il faut réhumaniser notre regard sur cette situation et se dire qu'il n'y a pas que 'eux' ou 'l'autre', c'est nous tous."

Pour la secrétaire générale de la Francophonie, il faut créer d'une part les conditions "pour que ces gens n'aient pas à vivre ces exodes, n'aient pas à se retrouver proie de ces passeurs", et, d'autre part, "quand on peut accueillir – et on doit accueillir aussi –, il ne faut pas être indifférent, ni voir l'autre comme un danger ou un fardeau, car il n'arrive pas les mains vides".

Écoutez ci-dessous l'interview de Michaëlle Jean en intégralité.

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK