Crise des réfugiés: au moins 6 enfants morts noyés au large des côtes turques

Crise des réfugiés: au moins 6 enfants morts noyés au large des côtes turques
Crise des réfugiés: au moins 6 enfants morts noyés au large des côtes turques - © BULENT KILIC - AFP

Au moins six enfants sont morts noyés vendredi au large des côtes occidentales de la Turquie au cours de deux nouveaux naufrages d'embarcations de migrants qui tentaient de rallier les îles grecques, ont rapporté les médias turcs.

Quatre des victimes, des Afghans, ont été retrouvées sur une plage du district d'Ayvacik (nord-ouest), a précisé l'agence de presse Dogan.

Elles avaient pris place à bord d'un bateau pneumatique qui a coulé en se dirigeant vers l'île grecque de Lesbos. Les 51 autres passagers du bateau, des Syriens et des Afghans, ont été secourus par les gardes-côtes, selon Dogan.

Deux autres enfants, des Syriens âgés de 4 et 1 ans, ont également péri au large de la station balnéaire de Bodrum (ouest) après le naufrage d'un autre bateau en route pour l'île de Kos, a annoncé l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

Les 17 autres passagers du bateau ont été récupérés sains et saufs, selon Anatolie.

Depuis le début de l'année, plus de 650.000 migrants, pour l'essentiel des réfugiés syriens, ont pris la mer depuis les côtes turques pour rallier les îles grecques, portes d'entrée vers l'Union européenne (UE), a rapporté l'ONU.

Sur la même période, plus de 500 d'entre eux, dont une grande majorité d'enfants, ont trouvé la mort, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Ces nouveaux naufrages interviennent alors que les dirigeants européens et le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu doivent se réunir dimanche à Bruxelles pour un sommet extraordinaire destiné à "freiner le flux migratoire" vers l'UE.

L'UE négocie avec Ankara un "plan d'action" qui verrait la Turquie - qui héberge 2,2 millions de réfugiés syriens - s'engager à retenir sur son territoire les réfugiés syriens, en échange d'une aide financière, de la libéralisation du régime des visas pour les citoyens turcs et d'un coup de pouce à la candidature d'Ankara à une entrée dans l'UE.