Une campagne pour l'égalité hommes-femmes fait débat sur Twitter

Sexisme ou second degré? La nouvelle campagne de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour doper l'égalité hommes-femmes dans les carrières scientifiques fait réagir les internautes.  

Jean-Claude Marcourt, ministre en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, vient en effet d'annoncer l'octroi d'une subvention de 150 000 euros aux universités francophones et au Fonds de la Recherche scientifique FRS-FNRS. L'objectif? "Développer la politique du genre au sein des institutions et s'assurer par la même occasion de l'égalité hommes-femmes tout au long des carrières scientifiques".

Mais l'image et le slogan associés à cette annonce suscitent le débat. Dans un tweet envoyé par le ministre ce jeudi après-midi, on peut lire que "même pour préparer le petit-déjeuner, il faut faire preuve d’inventivité" et voir une jeune femme remplir de céréales ce qui ressemble à des éprouvettes aux noms de ses enfants.

Les réactions n'ont pas tardé, en particulier celle de Zakia Khattabi, co-présidente d'ECOLO, qui dénonce une démarche "contre-productive" et trouve "incroyable" et "inquiétant" qu'on utilise le cliché de la femme préparant le petit déjeuner sans le critiquer. "Cela prouve que l'on reste dans la surface, le cosmétique" ajoute-t-elle, "ce slogan décrédibilise la campagne".

Du côté du ministre Marcourt, on invoque le second degré. Il s'agirait d'un "clin d’œil" utilisé pour dénoncer un stéréotype. "L'objectif est de dénoncer un préjugé en le montrant à son paroxysme" explique le porte-parole du Jean-Claude Marcourt.

Il n'est pas sûr que cette explication convainque tout le monde. "Quel bonheur de savoir qu'une brillante carrière de prépareuse de petit déjeuner est désormais à ma portée!" rétorque une femme non sans ironie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK