Belgique et Pays-Bas s'unissent pour contrebalancer le décret anti-IVG de Trump

Belgique et Pays-Bas s'unissent pour contrebalancer le décret anti-IVG de Trump
Belgique et Pays-Bas s'unissent pour contrebalancer le décret anti-IVG de Trump - © Tous droits réservés

Aux Etats-Unis, après la marche des femmes, la marche pour la vie. Ce vendredi, des militants anti-avortement défileront à Washington et marqueront ainsi leur soutien au président Donald Trump. Celui-ci a signé lundi un décret interdisant le financement d'ONG internationales soutenant l'avortement. 

Pour que ces organisations puissent poursuivre leurs activités, la Belgique et les Pays-Bas vont créer un fond. A ce sujet, le ministre de la Coopération au développement, Alexander de Croo (Open VLD), s'est expliqué à la tribune de la chambre. 

On veut que ces organisations ne subissent pas les conséquences de la décision américaine

Pour lui, la décision de Donald Trump peut avoir de lourdes conséquences: "Des millions de femmes [aux Etats-Unis] auront des grossesses précoces (....) des avortements dans des conditions très dangereuses avec souvent la mort comme conséquence". En effet, ajoute-t-il, ces femmes et filles avaient "jusqu’à maintenant accès au planning familial et à l’avortement dans des conditions sécurisées, ce qui était très important".

C'est pour cela qu'avec les Pays-Bas, un fond sera créé pour contrebalancer cette décision. Et si "la mécanique est encore en élaboration", concède Alexander de Croo, l’objectif est clair: "On veut que ces organisations, sur le terrain, ne subissent pas les conséquences de la décision américaine".

Par ailleurs, le ministre de la Coopération au développement affirme être "convaincu que d’autres pays suivront notre exemple. Afin de regarder avec les ONG et les organisations onusiennes ce que l'on peut faire pour que ces organisations puissent continuer à faire ce qu’elles faisaient jusqu’à maintenant pour toutes ces femmes."

Un juge farouchement opposé à l'avortement à la Cour suprême?

Galvanisés par la victoire de Donald Trump le 8 novembre, les opposants américains à l'avortement se mobilisent et ont déjà adopté en décembre, dans certains Etats où ils sont au pouvoir, des mesures anti-IVG draconiennes qui flirtent parfois avec les libertés constitutionnelles.

Le nouveau président s'est par ailleurs engagé à nommer à la Cour suprême un juge farouchement opposé à l'avortement, en précisant que ce nouveau rapport de force à la haute juridiction pourrait à terme déboucher "automatiquement" sur l'annulation de "Roe V. Wade", l'arrêt emblématique qui a légalisé l'avortement en 1973 aux Etats-Unis. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK