Campagne sur les migrants: la N-VA a-t-elle fait son coming out d'extrême droite?

La campagne de communication lancée ce mardi par la N-VA était assez explicite : selon elle, le pacte migratoire permettrait aux illégaux d'accéder aux droits sociaux, il encouragerait des procédures plus souples pour les regroupements familiaux et rendrait l'enfermement des illégaux plus difficile. Aux clichés verbaux s'accompagnaient des photos stéréotypées : bateaux de migrants, femmes voilées... La dernière image libre de droit, prise sur internet par la N-VA, a d'ailleurs déjà été utilisée par l'AfD (Alternative für Deutschland), le parti d'extrême droite allemande, pour illustrer sa propagande anti-migrants.

Retirée très vite, la campagne était une "faute de communication", selon le ministre fédéral de l'Intérieur Jan Jambon, à moins que ce soit le MR, comme l'affirme David Clarinval, qui ait demandé au parti nationaliste de la retirer. Mais la question se pose : avec cette campagne, la N-VA ouvrirait-elle la porte à l'extrême droite ? Pour le politologue Pierre Vercauteren de l'UCL, c'est toute la difficulté dans laquelle s'est mis le parti flamand. "La N-VA est en recherche d'un discours qui soit clair sans pour autant l'exposer à être accusé de faire le lit de l'extrême droite. Or, en utilisant une photo comme celle de l'AfD, elle donne davantage l'impression d'ouvrir la porte à l'extrême droite, plutôt que de s'en distancer en tant que parti démocratique."

La N-VA n'en est pas à sa première contradiction sur le sujet. Son opposition à la signature du pacte des migrations n'a fait que remonter l'ambiguïté de sa participation au gouvernement fédéral, elle qui a toujours dans son programme la fin de l'Etat belge et l'indépendance de la Flandre... Encore plus lorsqu'elle critique une politique migratoire dans laquelle elle a eu son mot à dire, rappelle Pierre Vercauteren : "La N-VA dénonce une politique migratoire, alors que ce pacte migratoire comprend un certain nombre de dispositions qu'elle-même, avec le gouvernement, a mis en pratique".

La N-VA se retrouve entre l'enclume et le marteau

Cette situation risque de poser des problèmes à la N-VA au niveau électoral, selon Pierre Vercauteren. "Elle a perdu des plumes en faveur du Vlaams Belang, qu’elle essaie de récupérer par une radicalisation de son discours mais sur un terrain qu’elle a été amenée à gérer, que ce soit par le portefeuille de l'Intérieur ou celui des Migrations, analyse le politologue. En tant que principal parti de la formation gouvernementale, c'est le parti en Flandre le plus exposé à devoir rendre des comptes, y compris sur des dispositions qui peuvent la mettre en difficulté." A l'heure actuelle, la N-VA se retrouve "entre l'enclume et le marteau", selon Pierre Vercauteren.

Les images postées par la N-VA ne sont restées que quelques heures en ligne, mais c'est justement une partie de la stratégie pour 2019, selon le politologue. "On peut lire ce comportement comme une manière de mener une campagne électorale extrêmement forte en se positionnant, en faisant le buzz d'une manière ou d'une autre, quitte à opérer un certain nombre de corrections, précise Pierre Vercauteren. Certains pourraient considérer que la N-VA a commis une erreur, mais en terme de calendrier, cela a lieu suffisamment longtemps avant les élections pour qu'on ne retienne simplement que la N-VA se positionne sur les questions migratoires, en oubliant peut-être le dérapage qui s'est produit." Un dérapage contrôlé, donc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK