Accord climat : "Il est temps que le Premier ministre ramène la N-VA à la raison"

Céline Frémault, ministre bruxelloise de l'Environnement
2 images
Céline Frémault, ministre bruxelloise de l'Environnement - © RTBF

La ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Frémault (cdH) préside la Commission nationale climat, c'est elle qui a mené les négociations sur la répartition de l'effort climatique entre les 3 Régions. Le Premier ministre Charles Michel s'est exprimé lundi à la tribune de la COP21 alors qu'il n'y a toujours aucun accord intra-belge : le gouvernement flamand n'a toujours pas donné son feu vert.

"Il faut arrêter de nous faire tourner en rond : le Fédéral, la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale ont été ouverts à tout pour boucler un accord climat, et pour être certains de se présenter en ordre de marche à la COP21. Et le premier de la COP21, la Belgique se distingue par la remise du 'Prix Fossile'. Cela fait 6 ans que les différents niveaux de pouvoir ont du mal à se mettre d'accord sur la répartition de l'effort climatique. On a dégagé dimanche un texte de compromis qui rencontrait toute une série de demandes des parties. C'était le fruit de concessions. Apparemment, Monsieur Bourgeois (le ministre-président flamand, N-VA, ndlr) a un problème avec le terme de concession" explique Céline Frémault à la RTBF.

"Il n'y a plus de viande autour de l'os"

Charles Michel lui-même était monté au créneau pour tenter de finaliser l'accord avant qu'il s'exprime à la tribune de conférence de Paris, cela n'a pas fonctionné. "Comble de l'ironie : le Premier ministre a pu compter sur le sérieux et le volontarisme de deux partis de l'opposition fédérale, à savoir le cdH et le Parti socialiste. Alors que ses propres partenaires étaient en train de le lâcher. Il est temps aussi que le Premier ministre ramène la N-VA à la raison".

Le gouvernement bruxellois peut-il encore faire des concessions, comme le demande une nouvelle fois la Flandre? "Je pense sincèrement que cela suffit et qu'il n'y a plus de viande autour de l'os. Il faut que les masques tombent et que monsieur Bourgeois explique à son opinion publique que le climat et les questions environnementales ne comptent pas pour lui. Aujourd'hui, la N-VA veut démontrer qu'elle n'a pas besoin d'attendre la montée des océans pour que la Belgique disparaisse de la carte en tant que pays, en tant que nation. Et je pense qu'elle veut le faire encore plus vite que les prévisions alarmistes du GIEC".

Céline Frémault confirme que, puisqu'il n'y a pas d'accord intra-belge, elle ne se rendra pas à la COP21.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK