Accord belge sur le climat: "Chacun préférerait que ce soit l'autre qui fasse l'effort"

Accord belge sur le climat : "Chacun préférerait que ce soit l'autre qui fasse l'effort"
2 images
Accord belge sur le climat : "Chacun préférerait que ce soit l'autre qui fasse l'effort" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Charles Michel se rendra ce dimanche soir à Paris pour assister, lundi, à l’inauguration du sommet climatique COP21. Une planète en alerte, et un Premier ministre sous pression. La Belgique n’a toujours pas d’accord sur ses objectifs. Les régions et le gouvernement doivent s’accorder sur la répartition des efforts. Cela coince depuis 6 ans, encore et toujours.

Le Premier ministre s'est exprimé ce dimanche midi sur le plateau télévisé des "Décodeurs". "Nous sommes tous d’accord pour dire que nous devons être ambitieux. Nous plaidons tous pour qu'il y ait des accords contraignants. Par contre, le paradoxe, c'est qu'une fois que l'on a dit ça, chacun préférerait que ce soit l'autre qui soit d'accord. Cela, ça ne va pas !", a précisé Charles Michel qui ne désespère toutefois pas avoir encore un accord aujourd'hui. Des négociations sont en cours et vont "se poursuivre tout au long de la journée".

Selon le Premier ministre, "les belges et les Européens ont toujours été au rendez-vous pour la plus grande ambition, par rapport au reste du monde, en matière climatique." Reste que vendredi, les différents partenaires ont constaté qu'il n'y avait toujours d'avancées significatives dans les négociations. Les différentes entités du pays espèrent en fait trouver un compromis avant le 7 décembre, date du début des négociations diplomatiques de la COP21.

Pour Jean-Marc Nollet, "C’est pitoyable !". "Aujourd’hui la plus grande conférence mondiale s’ouvre à Paris, explique le chef de groupe Ecolo à la Chambre, et la ministre reste en Belgique pour négocier la prolongation du nucléaire. C’est dire où le gouvernement fédéral met ses priorités".

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK