Violences domestiques et foot: peu importe qui gagne, la femme perd à tous les coups

Un article sorti la semaine dernière dans la presse people n'est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux. Il a suscité pas mal de commentaires. Le titre ? tout un poème en soi : "10 trucs à ne surtout pas faire quand ton chéri mate un match". Dans cet article, est donné un guide de bonne conduite, histoire de bien enfoncer les portes ouvertes et les stéréotypes.

Parmi les 10 commandements : ne pas supporter l’équipe adverse, ne pas passer devant la télé, ne pas demander de sortir les poubelles, ne pas passer l’aspirateur, aller encore un au passage, ne pas t’assoir avec les potes de ton chéri. Dans ce condensé, en quelques phrases, les femmes sont cantonnées à des rôles réducteurs : la femme objet, la femme soumise, femme "godiche", ou encore la femme fée du logis

Les violences domestiques augmentent en cas de défaite

Le souci avec ce genre d’articles est qu’il se rajoute à un phénomène qui reste tabou, les violences faites aux femmes lors des matchs de foot. Une étude de l'Université de Lancaster en Angleterre, a mis en avant, il y a quelques années, une hausse spectaculaire du nombre de cas de violences conjugales lors des défaites de l'équipe nationale en Coupe du monde. S'appuyant sur les matchs des éditions de 2002, 2006 et 2010 au cours desquels l'Angleterre a perdu, ils démontrent que ces violences domestiques augmenteraient de 38% en Angleterre et au Pays de Galles après une défaite.

Une victoire n'assure pas d’avantage la paix dans les ménages

En cas de victoire de l’équipe britannique, les chercheurs ont aussi noté une augmentation de 26% des violences domestiques. C’est pas que les grands événements sportifs provoquent la violence domestique, mais les personnes violentes seules responsables de leurs actes, précisaient les auteurs, sont souvent alcoolisés. Ce qui n’excuse rien, évidemment.  

Pour comprendre ce phénomène, il faut admettre que ces violences font partie du système patriarcal. Ce n’est pas juste le fait d’individus isolés emportés par le souffle de la défaite d’une équipe de foot mais bien d’un continuum de violences dirigées contre les femmes qui visent à les réassigner à une place qui serait la leur, c-à-d au service des hommes. On se souvient de cette banderole déployée avec un pictogramme envoyant une femme en cuisine lors d’un match en France l’an dernier.

Le monde du foot est encore très ancré dans les systèmes de domination. Les temps changent : le nombre de supportrices ne fait que croitre. En France, par exemple, selon une étude de Havas Sports, 43% des Français fans de foot sont des femmes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK