Vers la fin des frais d'itinérance en 2016 ? #roaming

C’est le cas de 90% des Européens ! Près de la moitié d’entre eux ne relèvent plus leurs courriels et ne consultent plus les réseaux sociaux lorsqu’ils sont dans un autre pays de l’Union. Et près d’un tiers coupe carrément son portable.

Seul un Européen sur 8 téléphone autant que dans son pays d’origine. Il n’y en a qu’un sur 10 qui ne fait pas de différence entre l’usage de la messagerie chez lui ou dans un autre état membre Et un sur 20 qui utilise les réseaux sociaux de la même manière, où qu’il soit.

Il ne faut pas chercher très loin la raison : les frais de roaming, d’itinérance, les coûts supplémentaires qui sont facturés lorsque vous utilisez les services d’un opérateur étranger.

C’est ce qui ressort d’une enquête menée par la Commission européenne auprès de 28.000 ressortissants dans tous les états membres.

Et ça vaut donc aussi pour la Belgique.

Oui, les chiffres sont très proches. 21% coupe son téléphone dès qu’il franchit la frontière. 24% désactive le transfert de données. Et comme pour le reste des Européens, ce sont plutôt ceux qui voyagent souvent qui sont les plus prudents. Eux, ils connaissent les tarifs ! Ils sont sans doute déjà tombés à la renverse en recevant leur facture. Ou bien dans le cas d’un usage professionnel, c’est leur patron qui leur a passé un savon mémorable.

Ces coûts grèvent le budget des vacanciers. Et ils représentent une charge supplémentaire pour les entreprises.

Oui. Et ils freinent aussi le développement du secteur européen des applications mobiles. Ecoutez la réaction de Nellie Kroes, la commissaire européenne en charge de l’Agenda Numérique. Elle dit choquée par les résultats de l’enquête et elle en tire ses conclusions.

Extrait

Cette opposition au roaming ne date pas d’hier. Il faut souligner que ses coûts ont déjà été fortement réduits depuis 2008. Cette fois, l’objectif est de les supprimer totalement à l’horizon 2016.

 

Alain Gerlache

@AlainGerlache #mediaTIC

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK