Un accord pénible

On est peut-être en train d’assister à un événement politique. Un accord entre les syndicats et le gouvernement à propos des pensions. A vrai dire, ce serait inespéré après autant de tensions. Il faut utiliser le conditionnel car rien n’est fait. De quoi parle-t-on ? D’un protocole d’accord autour des métiers pénibles au sein de la fonction publique. On ne parle pas du privé où les négociations patinent. Ce protocole d’accord, ou plutôt ce projet d’accord, est soumis à plusieurs conditions et a été signé par deux syndicats sur trois, les syndicats chrétien et libéral, pas par la CGSP qui se donne huit jours pour donner sa réponse. C’est encore loin d’être fait donc.

La liste invisible

Il y a désormais une liste des métiers considérés comme pénibles au sein de la fonction publique. Elle a circulé entre syndicats et le cabinet de Daniel Bacquelaine, mais personne d'autre ne l’a encore vue. Pour rappel, le gouvernement avait déjà fixé des critères de pénibilité : le travail physique lourd, l’organisation du travail (par exemple le travail à pause), les professions dangereuses (par exemple pompier), le stress étant considéré comme aggravant mais pas un critère en soi. L’idée étant que si une profession cumule les critères, on cumule les années de départ anticipé à la pension. Vous faites un travail risqué, lourd, la nuit, vous pourrez partir dès l'âge de 60 ans à la retraite, ou bénéficier d’un bonus si vous allez jusqu’à 67 ans. Désormais, on est un pas plus loin. Il existerait une liste qui circule entre les responsables syndicaux et Daniel Bacquelaine, ce qui a visiblement permis l’accord des deux syndicats sur trois.

L'enjeu majeur: les enseignants

Que, ou plutôt qui, retrouve-t-on dans cette liste ? Assez logiquement, les policiers, avec deux critères au moins. Les pompiers seraient dans ce cas, les militaires aussi. Mais le gros du gâteau, ce sont les enseignants (340 000 emplois en 2010!). Selon les infos disponibles, les enseignants bénéficieraient au moins d'un critère (soit plus ou moins 2 ans de mieux), voire de deux critères pour les profs de maternelles ou du spécialisé ( soit 4 ans de travail en moins). Seraient exclus de la liste les professeurs du supérieur.

Accord ou pas? 

C’est toute la question désormais. Les deux syndicats signataires exigent que cette liste soit annexée à l’accord et que le gouvernement la publie vendredi. Sinon, ils retireront leur signature. On peut aussi se douter que la CGSP ne le rejoindra pas.

Toute la pression est donc désormais du côté du gouvernement qui a la possibilité avant les élections d’enfin annoncer une bonne nouvelle en matière de pension, d’apaiser le climat, de changer son image. Mais mais mais, on sait que la N-VA est très réticente à ce que la liste soit trop large au risque d’annuler les effets budgétaires du report de l’âge de la pension à 67 ans. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK