Rock Werchter : L'affiche

Rock Werchter : L'affiche
Rock Werchter : L'affiche - © Tous droits réservés

Comme chaque année, la plaine de Werchter va accueillir une des meilleures affiches d'Europe avec un condensé des grosses pointures qui ont fait l'année musicale. Décryptage jour par jour des artistes présents.

Des têtes d'affiche imparables, des habitués du rendez-vous, des groupes déjà confirmés, des artistes bankable et au final très peu d'outsiders. Rock Werchter est un festival de (quasi-)certitudes où se croise la crème de la musique pop-rock-électro mainstream. Petit tour d'horizon des forces en présence.

JEUDI 3 JUILLET

Au niveau des têtes d'affiche, impossible de ne pas citer en premier lieu Damon Albarn. L'Anglais a en effet marqué la première moitié d'année via la sortie de son premier album en solo Everyday Robots et le festival sera sa première date belge. Autre mastodonte présent ce soir-là, Metallica qui viendra pour la 7ème fois sur la plaine ravir les fans de métal qui auront l'occasion (ceux qui ont un ticket) de suggérer les morceaux qu'ils ont envie d'entendre. Troisième gros nom du jour, Placebo, autre habitué des lieux (aussi 7ème fois) qui viendra défendre son dernier album Loud Like Love sorti l'an dernier. Enfin, citons l'éternel Robert Plant flanqué de ses Sensational Space Shifters pour les nostalgiques de Led Zep.

Au niveau des outsiders (ce qui fait bien souvent la qualité d'un festival), l'électro enverra deux de ses joyaux du moment : Skrillex et Gesaffelstein. Le rock anglais offrira lui aussi une bien belle brochette : White Lies, Bombay Bicycle Club, Miles Kane et les Wombats. Et il y aura également quelques locaux de l'étape avec Arsenal et Milow.

On vous conseille la sublime voix de la chanteuse de London Grammar et le groove du projet collectif Daptone Super Soul Revue avec Sharon Jones, Charles Bradley, The Sugarman 3 et l’afrobeat d’Antibalas.

​VENDREDI 4 JUILLET

Les incontournables du jour se nomment Arctic Monkeys. La bande de Sheffield a tout balayé sur son passage avec son album AM et le charisme d'Alex "Elvis" Turner est tout bonnement impressionnant. Autre moment fort assuré, les dinguos de Major Lazer qui même si leur récent EP s'est avéré décevant, assurent toujours une fiesta mémorable. On sera également très attentif au retour de Paolo Nutini auteur d'un sublime album intitulé Caustic Love. Et de l'amour caustique, on est à peu près persuadé qu'il en sera question avec la venue d'Eels dépressif flamboyant à l'image de son récent The Cautionary Tales Of Mark Oliver Everett.

Quelques figures du top 50 seront aussi à la fête comme Ellie Goulding, Foster the People, Katy B, Puggy ou Sam Smith. On leur préférera la classe folle de Trixie Whitley, l'indie des néo-zélandais de The Naked and the Famous et l'énergie scénique des Subs.

SAMEDI 5 JUILLET

Double tête d’affiche sur la Main Stage le samedi soir avec d’une part les Black Keys qui viendront présenter leur tout nouveau-né Turn Blue fruit de leur énième collaboration avec Danger Mouse et d’autre part Pearl Jam à qui les organisateurs donnent 3 heures pour livrer un concert fleuve comme ils en ont le secret. On restera dans la nostalgie du grunge avec les inoxydables Pixies dans la Barn et on glissera vers le stoner rock avec le trio anversois Triggerfinger.

Parmi les underdogs les plus intéressants de la journée, on notera une offre électro alléchante avec Moderat (super projet formé de Modeselktor et Apparat), Trentemoller, la géniale Tune Yards et le revenant Sbtrkt dont on a hâte d’entendre les nouvelles compos. Il y aura également une bataille de belles voix avec 2 des plus beaux albums des 12 derniers mois : notre divine compatriote Mélanie di Biasio (No Deal) et la danoise Agnès Obel (Aventine).

On est curieux de voir la puissance scénique d’Imagine Dragons même si l’on optera plutôt pour l’authenticité de Midlake et pour le groove d’Altrego.

DIMANCHE 6 JUILLET

Qu’on adhère ou pas du tout, la tête d’affiche du dernier jour sera le phénomène Stromae. Brillant en marketing, ultra-bankable (limite overdose), son eurodance devrait faire sauter la plaine entière pour le feu d’artifice final. Autre headline du jour, un plus que classique du festival, les Kings of Leon qui viendront pour la 6ème fois en 8 ans. Presque aussi bien que Nadal à Roland Garros…

La journée vaudra (pour nous) plus au niveau de la "middle class" du line up avec surtout à mettre en avant la prestation come back des New-Yorkais d’Interpol. Le reste de l’affiche ferait en effet pâlir n’importe quel festival d’Europe avec rien moins que Metronomy, MGMT, Lykke Li, Franz Ferdinand, Foals et les Babyshambles. Il y aura aussi du plus rebondissant avec Chase & Status, Rudimental ou encore Bastille.

Les petits noms de la journée ne seront pas non plus dénués d’intérêt avec plusieurs révélations du moment, les Américains de Parquet Courts, les Belges d’Oscar & the Wolf et les ultra-puissants Anglais de Royal Blood, notre coup de cœur des Nuits Bota.

De quoi s'en mettre plein les oreilles ! Bon festival.

David Salomonowicz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK