Revendre ses mp3 usagés? Pas pour tout de suite…

Revendre ses mp3 usagés? Pas pour tout de suite…
2 images
Revendre ses mp3 usagés? Pas pour tout de suite… - © Tous droits réservés

Acheter de la musique, des jeux voire des livres sous forme numérique, c’est de plus en plus courant. Mais il reste des questions non résolues.

Le marché de la musique, des livres, des jeux se dématérialise. Mais dans le monde physique, vous pouvez aussi les revendre après usage. Qu’en est-il dans le monde numérique ?

Cette question a déjà été abordée indirectement il y a quelques mois quand les médias du monde entier, et cette chronique, s’étaient fait l’écho du coup de sang de Bruce Willis. L’acteur se plaignait de ne pas pouvoir léguer à ses enfants, la musique qu’il avait achetée sur iTunes.

On s’en souvient, mais c’était un canular

Oui mais qui posait une bonne question : quelle est la nature de la propriété des objets numériques ? Pour faire court, selon les conditions actuellement en vigueur, on n’a pas un droit de possession, mais un droit d’utilisation. Même quand on a téléchargé le fichier sur son ordinateur. Et ça fait tout la différence. La possession est transmissible. L’utilisation ne l’est pas. Tout comme vous ne pouvez pas vendre ou donner en héritage une maison que vous louez.

Et donc on ne peut pas revendre des objets numériques même acquis légalement ?

Non. Mais selon LeMonde.fr, ça pourrait changer : la plate-forme américaine Redigi devrait arriver bientôt en Europe. Redigi, se présente comme la version numérique de eBay. Il n’achète donc rien lui-même mais il met vendeurs et acheteurs potentiels en contact. Au passage, il prend une commission. Redigi vérifie aussi que tous les fichiers mis en vente ont été achetés légalement. Pas de musique piratée donc. Seuls les morceaux achetés via iTunes sont autorisés pour le moment.

Et c’est légal de vendre ses droits numériques ?

Aux Etats-Unis, la bataille juridique fait rage. Redigi a fait appel contre une décision de justice qui considère que la revente d’un fichier est soumise à l’autorisation de celui qui détient les droits sur l’œuvre originale. Bonne chance !

En revanche, la Cour de justice de l'Union européenne a stipulé l’an dernier qu’un créateur de logiciel ne pouvait pas s'opposer à la revente d’un programme, à condition que le revendeur ne garde aucune copie sur son ordinateur… On peut toujours rêver.

Le fond du problème, c’est qu’on ne peut pas assimiler totalement un objet musique à un objet physique. Quand vous achetez un livre d’occasion, il est défraîchi. Un CD peut être légèrement endommagé. Mais, même utilisé, un fichier numérique est "comme neuf" selon l’expression qui a ici tout son sens. C’est pourquoi les producteurs de biens culturels dématérialisés s’opposent résolument à la création d'un marché de l’occasion numérique. Même au prix d’une régression des droits des consommateurs.

#médiaTIC @AlainGerlache

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK