Regards croisés: "Indignez-vous !"

 

 

Le livre ne fait que 22 pages, et il ne coûte que 3 euros. Et puis il y a l'auteur, Stéphane Hessel, 93 ans mais toute sa tête, personnalité hors du commun : immigré juif, grand résistant (nom de code : Greco), déporté à Buchenwald, diplomate à l'ONU, il a assisté à l'élaboration de la Déclaration universelle des Droits de l'homme de 1948 ; militant de gauche, proche de Pierre Mendès-France et de François Mitterrand, poète aussi, bref, un incroyable parcours.
J'ai eu l'occasion de faire un débat un jour avec lui, sur « La Première », chez d'Eddy Caekelbergs. Et ce jour-là déjà, il n'avait qu'un mot à la bouche : "Indignez-vous !", et il parlait avec passion de ses combats : la Palestine, les sans-papiers, la misère dans le monde.
Mais je m'étais quand même permis de l'interroger sur cette notion d'indignation (avec beaucoup de déférence, on se sent tout petit, surtout qu'il fait 1,90 m), je lui avais posé la question : "Toutes les indignations ne se valent pas ? Le Pen aussi est indigné qu'il y ait trop d'étrangers en France, donc comment faites-vous la différence entre la bonne et la mauvaise indignation ?"
Il m'avait répondu en substance: "Eh bien, il n'y a pas de mauvaise indignation; que les sympathisants d'extrême-droite s'indignent, nous serons adversaires, voilà tout". Réponse, oserais-je le dire, qui m'avait semblé un peu courte.
Et puis autre interrogation : s'indigner,  and "so what" ? S'indigner en 40, cela signifiait entrer dans la Résistance, prendre des risques, tandis qu'aujourd'hui, nous voilà protestataires en chambre, tout heureux de rentrer chez nous avec nos 20 pages et nos 3 de colère sous le bras, à dévorer bien au chaud sous notre couette, histoire de nous donner bonne conscience.
Mais en lisant ce petit texte, je me suis aperçu qu'il contenait un véritable message politique. Mais combien de lecteurs l'ont-ils remarqué ? Dès la première phrase, Stéphane Hessel dit ce qui a été le cur de son engagement : le programme élaboré par le Conseil National de la Résistance en France.
Ce programme - la Résistance belge a fait de même - c'est un pacte entre patrons et syndicats, droite et gauche, catholiques et laïques autours de quelques valeurs progressistes fondamentales: Sécurité Sociale, retraites, éducation et culture pour tous.
Et le cri d'indignation du nonagénaire, c'est que notre époque a trahi ce beau projet d'une société alliant liberté d'entreprendre et solidarité.
Ce message là, bien plus que l'appel moralisateur, et même un peu gnangnan à s'indigner contre toutes les injustices du monde, ce message-là est d'une totale actualité. En France avec la politique de Sarkosy, comme en Belgique avec des négociations qui sont à mille lieux des préoccupations des gens, l'indignation de Stéphane Hessel parle à notre coeur et à notre raison. Donc indignons-nous, mais surtout: tirons-en les conséquences !


Edouard Delruelle
Retrouvez les chroniqueurs de Regards croisés du lundi au vendredi dans le grand journal de la mi-journée sur La Première.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK