Réduire les pensions? Mince j'ai oublié...

Cela concerne les chômeurs âgés de plus de 50 ans. Ça a créé une grosse dispute ce week-end en Flandre et suscite pas mal de scepticisme quant à la manière de décider et de communiquer du gouvernement fédéral.

On parle d’une mesure annoncée au mois de juillet et qui revoit le mode de calcul des pensions. Pour faire court, les années de prépensions ne seront plus comptabilisées sur la base du dernier salaire, mais bien en tenant compte d'un droit minimum.

Cette mesure a été prise en juillet. Le lendemain, les syndicats dénonçaient déjà une perte de revenus de 140 euros. Mais c’était l’été, les vacances, ça n'a pas fait trop de vague.

Pourquoi on en reparle maintenant?

Parce que ce week-end John Crombez, le patron des socialistes flamands, a débattu avec la présidente de l'Open VLD. Il a ressorti cette histoire des 140 euros. Et là, stupéfaction, Gwendolyn Rutten a nié cette mesure. Avec une certaine hargne même : “Le gouvernement vient de décider le contraire. Vous devriez avoir honte. Arrêtez de faire peur aux gens”.

John Crombez a soulevé qu’un membre éminent du VLD avait pourtant défendu la mesure controversée. Oui...mais non. On l'a mal compris. Il a parlé hors de contrôle dit la présidente.

Du coup, plus personne ne comprend rien. Est-ce que oui ou non cette mesure a été décidée? La N-VA juge que oui et s’en réjouit. Le CD&V dit que non et qu’il n’est pas question de réduire la pension des chômeurs âgés. Charles Michel lui-même dément avoir pris une telle décision.

Alors décidée ou pas cette mesure?

Et bien laissons le ministre des pensions Daniel Bacquelaine répondre. Oui c’est trop tard. Oui, il y a bien un texte à l’examen au Conseil d’État. Oui les projets actuels ne prévoient pas d’exception pour les chômeurs de plus de 50 ans. Oui les droits seront, à partir de janvier 2019, calculés après douze mois de chômage sur la base du droit minimum.
Mais Daniel Bacquelaine souligne en gras qu’il y a de nombreuses exceptions, par exemple les prépensions issues de restructurations. Il ajoute, aussi en gras, que les plus bas salaires sont préservés.

Il assume Daniel Bacquelaine. Sauf que VLD et CD&V jugent eux qu’ils n'ont pas décidé ça.
Le dossier se retrouve, avec d’autres, dans la pile des dossiers communiqués avec champagne et flon-flon. Ces dossiers vendus et revendus à l’opinion alors qu’ils ne sont pas prêts, même pas financés, et même parfois oubliés. On touche là, aux limites de la méthode Michel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK