PS-N-VA : Le jour sans fin

PS-N-VA : Le jour sans fin
PS-N-VA : Le jour sans fin - © Tous droits réservés

Les grandes manœuvres pour former un gouvernement continuent. Comme dans un jour sans fin, chaque réveil est le même depuis le 27 mai. Chaque jour on espère que la radio annonce une nouvelle différente. Mais, malheureusement pour l’instant ça tourne toujours à vide. Les consultations menées par Paul Magnette et Conner Rousseau, les présidents du PS et du sp.a, n’ont pas encore conduit à un retournement de situation.

Pour l’instant les partis continuent à se tourner autour. Les deux édiles socialistes ont remis un rapport à Sophie Wilmès la première ministre. Un rapport insuffisant pour le MR qui refuse de prendre la main. Ce rapport est très secret. Je ne l’ai pas lu. Très peu de personne l’ont lu, en particulier dans les partis possiblement concernés par ces coalitions. La situation ce matin c’est que la N-VA ou Ecolo par exemple ne sont toujours pas au courant du sort qui leur serait réservé.

Pas de choix clair ?

D’après le MR aucun choix pour ou contre une alliance PS-NVA n’a été effectué. C’est la raison principale du refus d’aller plus loin et prendre le relais des socialistes. De trois sources concordantes, on apprend que ce rapport contiendrait en réalité plusieurs pistes et ne trancherait pas. D’autant que les partis concernés n’ont pas marqué leur accord à l’un ou l’autre des scénarios. Ceci révèle que PS et Spa sont toujours divisés sur la question de la N-VA.

La proposition clef du rapport serait que les socialistes montent immédiatement dans l’actuel gouvernement pour le renforcer avec le cdH. Au bout du compte l’idée est de former une tripartite traditionnelle socialistes, libéraux et sociaux chrétien. Le gouvernement serait toujours minoritaire de 4 sièges. L’idée étant alors de rechercher des majorités de circonstances pour un plan de relance et un budget. A terme l’idée est que soit Ecolo, soit la N-VA intègre en bonne et due forme le gouvernement.

C’est l’hypothèse d’une formation par pallier, par phase. D’abord les socialistes et le cdH. Puis les Ecologistes ou les nationalistes en fonction des affinités trouvées sur le plan de relance. En septembre, quand Sophie Wilmès demandera la confiance, Ecolo et la N-VA se retrouveraient sous pression. En cas de vote négatif cela déclencherait les élections. Là se joue sans doute le cœur du "plan" socialiste. Ils ne seraient plus responsables d’un possible retour aux urnes. Cette charge serait transférée à Ecolo et la N-VA.

En nu ?

C’est le flou. On est dans un entre-deux. Il est fort possible que la note socialiste soit rendue publique cette semaine. Mais l’étape décisive pour enclencher une dynamique, Le choix d’allier ou non PS et N-VA n’a pas encore été posé. A ceux qui se demandaient si la crise sanitaire pouvait changer la donne, on le sait depuis le mois de mars, la réponse est non. A ceux qui se demandaient si la crise économique massive qui nous attend peut changer la donne, la réponse est encore non. En tout cas pas aujourd’hui. La malédiction du jour sans fin n'est pas terminée. Demain ? 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK