Paul Magnette, le cache-misère

La proposition de gouvernement minoritaire du Parti Socialiste, est présentée comme la dernière solution avant les élections. C’est peut-être vrai après plus d’un an de tergiversations. Mais c’est aussi un cache-misère. Le cache-misère de la situation politique chez nous. Mais aussi celui des tensions au sein la maison socialiste.

Politologue

Pourtant quand on écoute le politologue Paul Magnette, cette proposition d’un gouvernement minoritaire est frappée au coin du bon sens. Le politologue Paul Magnette vous rappellera qu’actuellement en Europe 11 pays sont gouvernés par des gouvernements minoritaires. Entre la Slovaquie, l’Irlande, l’Espagne le Danemark.

Le politologue Paul Magnette vous expliquera que tous ces pays ont été frappés comme nous par la fatigue des grandes formations traditionnelles et l’émergence de nouvelles formations radicales. Il vous expliquera que cette fragmentation électorale conduit à l’impossibilité de former des gouvernements majoritaires.

Politique

Mais Paul Magnette n’est plus politologue, il est président de parti. En tant que président, son objectif c’est la perpétuation de l’espèce socialiste en Belgique. Et pour ça, comme tous les présidents, sa première tâche est de cacher les divisions de son parti qui sont autant de faiblesses que les adversaires pourraient exploiter.

Un président de parti passe beaucoup de temps de son temps à cacher la misère. Le politique Magnette ne vous dira pas à quel point la famille socialiste n’existe plus que dans le meeting du premier mai. Que le Spa a viré sa cuti par rapport à la N-VA depuis qu’elle gouverne à Anvers. Que le Spa à fait de la N-VA son principal tremplin vers le pouvoir. Le politique Paul Magnette ne vous dira pas que sa solution d’un gouvernement minoritaire est bien pratique pour cacher cette division-là.

Le politique Paul Magnette ne vous dira pas non plus, à quel point son parti est divisé autour de la N-VA. Combien certains sont prêts à le défier publiquement en cas d’alliance avec les nationalistes. Et que cette solution est bien pratique pour cacher cette misère-là. Enfin le politique Paul Magnette vous dira que c’est ce gouvernement minoritaire ou les élections. Il évitera évidemment de vous dire que la question des élections divise presque autant son parti que la question de la N-VA. Que beaucoup d’élus trouvent l’idée suicidaire. Et que ce gouvernement minoritaire c’est bien pratique pour cacher cette fracture-là.

Perpétuation de l’espèce

Les socialistes sont donc divisés. La formule minoritaire cache les faiblesses rouges. Et ça les autres présidents le savent aussi. Leur premier réflexe, politique ce serait naturellement de laisser le PS s’enfoncer dans ses faiblesses. Et puis ils vont réfléchir, enfin normalement. Ils vont penser à la perpétuation de leur espèce et à leurs faiblesses à eux.

Le CD&V encore plus affaibli que les autres qui n’aurait rien à gagner d’aller aux élections avec comme seul message : nous sommes restés fidèles à nos mentors, la N-VA. Vous pouvez voter pour elle.

Le VLD, groggy, avec son nouveau président qui sait lire les sondages. Il voit bien que son parti est perçu comme le plus malhonnête de Flandre.

Le MR enfin. Avec un président décomplexé, qui dit qu’il n’a peur de rien. Qui croit qu’avec Sophie Wilmès les bleus peuvent aller au combat serein. En oubliant qu’il va aussi au combat avec Maggie de Block et Philippe Goffin. La ministre des masques brûlés et celui des masques foireux.

Alors le politologue Paul Magnette doit sûrement conclure que cette solution devrait logiquement contenter tout le monde. Même la N-VA qui pourra rester un pied dedans, en votant certains textes et un pied dehors quand elle voudra s’opposer. Même chose pour Ecolo, grand adepte aussi du pied dehors, pied dedans qui n’aura pas à choisir.

Le politologue Paul Magnette à déjà convaincu le politique Paul Magnette. Reste tous les autres. Paul Magnette qui a lu le Prince de Machiavel pourra toujours leur glisser cette célèbre citation… “Les hommes prudents savent toujours se faire un mérite des actes auxquels la nécessité les a contraints.” Traduction : faire passer un cache-misère pour un acte responsable et courageux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK