Le PS s'est (encore) trompé au sujet de la N-VA ?

On s'est (encore) trompé au sujet de la N-VA ?
On s'est (encore) trompé au sujet de la N-VA ? - © Tous droits réservés

Paul Magnette est en opération séduction en Flandre. Il a mené un tour de consultation pour tenter de former un nouveau gouvernement. Il laisse désormais entendre qu’il est possible de gouverner avec la N-VA.

Surtout ne parlez pas d’un 180°! Paul Magnette le disait encore récemment dans une interview au Soir : la position des socialistes est très claire et n’a pas changé dit-il. C’est d’abord une question de programme. Si la N-VA accepte un impôt sur les grandes fortunes et veut investir dans les services publics alors on pourra difficilement le refuser. Et Paul Magnette ajoute à la VRT qu’il veut même bien être Premier ministre !

Pourtant. La position des socialistes n’a jamais été claire.

Jamais avec la N-VA !

Durant la campagne l’année passée, l’exclusive était claire, le PS ne gouvernera pas avec la N-VA. Puis le 13 juin. Elio Di Rupo vient chez Thomas Gadisseux sur Matin Première. Et annonce que si la N-VA abandonne l’institutionnel on est dans un autre univers. La porte est donc ouverte, l’exclusive est donc tombée.

Mais finalement non, on avait mal compris. Le soir même Paul Magnette vient corriger le tir à jeudi en Prime. Il réaffirme avec force l’exclusive du PS : le PS ne gouvernera pas avec la N-VA et ne négociera même pas avec les nationalistes.

Mais la position des socialistes va évoluer durant l’été…

Jamais avec la N-VA, mais…

Cette exclusive complète plonge la formation du gouvernement dans la crise. Et le palais demande au PS d’au moins essayer de négocier. Le PS accepte et change donc son discours et opte pour une exclusive 2.0. Le PS veut bien négocier mais pas gouverner avec les nationalistes. Paul Magnette écope d’une mission d’information, il échoue à former un gouvernement sans la N-VA. En décembre Rudy Demotte est envoyé sur les plateaux. Pour marteler l’exclusive 2.0. PS-N-VA ça ne marchera jamais.

Jamais avec la N-VA, mais, mais…

Paul Magnette va quand même négocier encore avec la N-VA. Pour la Flandre, c’est le signal qu’il y croit au moins un peu. Pourtant à la mi-février, il en a marre. PS et N-VA c’est impossible, ça ne marchera jamais, dit-il au micro de RTL-TVi.

Mais, vient le Coronavirus. Alors qu’il ne fait plus de doute que la Belgique va être durement frappée par l’épidémie, Paul Magnette tente de former dans l’urgence un gouvernement avec Bart de Wever. Mais le bureau du PS croyait avoir compris que c’était impossible. Il recale Paul Magnette.

Les partis flamands sont furieux. Eux aussi pensaient avoir bien compris. Eux, ils pensaient qu’un président de parti qui n’arrête pas de négocier avec la N-VA c’est qu’il croit que ça peut quand même marcher. Même sur un malentendu.

Jamais avec la N-VA mais, mais, mais…

Désormais le PS ne répète plus son exclusive dans les médias. Les socialistes préffère se montrer intraitables sur leurs exigences en espérant que la N-VA rennonce. L'exclusive explicite du PS s'est transformée en exclusive implicite. 

Or, pour son malheur, le PS est en position de force. Il est politiquement incontournable, il est renforcé dans ses fondamentaux étatiques par la crise du Coronavirus, les contraintes budgétaires semblent s’envoler, les partenaires flamands sont affaiblis par des sondages catastrophiques qui montrent que le Vlaams Belang et la PTB rafleraient la mise en cas d’élections. Enfin, la N-VA est désormais persuadée que si elle ne va pas au pouvoir au fédéral elle mordra la poussière.

Bref, avec cette équation, le PS pourrait bien négocier un accord de gouvernement très favorable pour lui.  Et si la stratégie de l'exclusive implicite ne fonctionne pas? Le PS se retrouvera comptable de ces années ou il a brandit son exclusive explicite. Et pourtant Paul Magnette dit que rien n’a changé dans le discours du PS. Que c'est donc nous qui avons mal compris.  C'est vrai que plus grand monde n’y comprend plus rien. Sauf qu’on comprend que l’exclusive du PS est très fragile.

Jamais avec la N-VA ? Mais, mais, mais, mais…

Si le changement de discours du PS signifie un vrai changement de stratégie (ce qui n’est pas certain), il va falloir expliquer ça aux francophones. Charles Michel avait essayé en avouant s’être trompé au sujet de la N-VA. Il s’en est mordu les doigts au moment du pacte de Marrakech. L’électeur francophone n’a pas pardonné à Charles Michel. Et ça Paul Magnette le sait puisqu’il a tout fait pour que Charles Michel ne soit pas pardonné. Aujourd’hui il est bien embêté. Car, il risque bien de devoir faire comme Charles Michel. Dire qu’il s’est trompé au sujet de la N-VA. Et comme pour Charles Michel, tout le monde risque de comprendre que c’est le citoyen qui a été trompé.