On prend les mêmes et on recommence ?

RTBF
RTBF - © RTBF

Plus de la moitié des candidats présents sur les listes à la Chambre pour le 13 juin offraient déjà leur service à l'électeur aux régionales 2009. Cumul ? Manque de temps ? Pénurie de candidats valables ? Zoom sur une réalité qui interpelle à l'heure où le débat sur le décumul fait rage à Namur.

C'est l'histoire d'un scrutin qui a surpris tout le monde.

Acte 1 : nous sommes fin avril, le brûlot BHV enflamme les libéraux flamands et fait sauter le gouvernement fédéral.

Acte 2 : les machineries des partis se mettent alors en branle. Le chrono est lancé : ils ont un peu plus de quinze jours pour constituer des listes. Alors qui ? C'est là qu'on entre dans le vif du sujet. En Wallonie, chaque parti doit dégoter 87 candidats, effectifs et suppléants compris, rien que pour la Chambre.

Un travail délicat. Il faut mobiliser les militants, équilibrer les listes, ne pas faire (trop) de jaloux. Du coup, la tentation est grande de se tourner vers des candidats rôdés, qui sortent tout juste d'une autre campagne, et dont les affiches de 2009 n'ont pas encore trop jauni... Vous voyez de qui on parle ? Mais oui, ceux qui étaient déjà sur les listes aux régionales l'an dernier.

Calculs effectués : 55% des actuels candidats à la Chambre, côté wallon, étaient déjà en campagne il y a 12 mois. Difficile de parler de renouvellement des cadres. Surtout à l'heure où l'on nous annonce que le système belge va profondément changer et qu'il faut "amener" une nouvelle génération politique. 

Candidats et députés vers le cumul ?

Alors, c'est vrai, le timing était serré et il a fallu se décider très vite. Mais l'autre explication, c'est peut-être qu'on manque de compétences ou que l'on offre une nouvelle chance aux battus. Ainsi, certaines compositions interpellent. En Brabant wallon par exemple, la liste cdH 2010 compte exactement les 11 mêmes candidats qu'il y a douze mois. Même si on a modifié l'ordre. Au classement des partis ce sont d'ailleurs les humanistes qui utilisent le plus de candidats similaires : 57. Le MR suit avec 52, devant le PS 42 et Ecolo 38.

Et forcément, les députés wallons, fraîchement élus, sont aussi dans le coup. 60% des 75 locataires du Grognon vont à nouveau faire le tour des marchés. Et pourtant, le grand débat de la semaine à Namur concernait... le cumul des parlementaires. Le Conseil d'Etat vient de tackler le projet de la majorité olivier de limiter à ¼ les parlementaires qui seraient aussi bourgmestre ou échevin. Ecolo en avait fait une condition pour rentrer dans le gouvernement. L'équipe Demotte a donc promis de mener la réforme à son terme. En attendant, s'ils sont élus à Bruxelles, les parlementaires wallons devront poser un choix entre les deux capitales.  Ca fait un peu désordre.  Et peut-être, pour l'électeur, une impression de déjà vu dans l'isoloir...

B. Schmitz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK