Snapchat, l'appli qui se moque de Facebook !

MédiaTIC : Snapchat, l'appli qui se moque de Facebook !
MédiaTIC : Snapchat, l'appli qui se moque de Facebook ! - © Tous droits réservés

d'Alain Gerlache

Comment se faire remarquer dans le monde du web ? La réponse est simple : en déclinant une offre de rachat de trois milliards de dollars.

Oui. C’est ce qui arrivé à des étudiants de l’Université de Stanford en Californie. Il y a deux ans, ils ont créé Snapchat, une application pour mobile qui permet d’envoyer des messages, des photos et des vidéos à ses amis. A l’origine, ils voulaient surfer sur la mode des selfies, ces photos que l’on prend de soi-même avec son téléphone. On en a parlé il y a quelques jours. Et le Dictionnaire d’Oxford vient de désigner selfie comme mot de l’année 2013.

Rien d’original donc. Sauf que Snapchat a une particularité: les messages disparaissent après avoir été consultés, ils s’autodétruisent au bout de quelques secondes.

C’est la raison de son succès fulgurant auprès des ados. Aucun risque que les parents découvrent ce qu’ils reçoivent comme photos de leur copine ou leur copain alors qu’ils sont censés étudier dans leur chambre. Pas de problème si un futur employeur essaye un jour de scruter leur profil. Le logo de Snapchat, c’est un sympathique petit fantôme qui tire malicieusement la langue. Manière de dire " Catch me if you can ", attrapez-moi si vous le pouvez.

C’est l’anti-Facebook en quelque sorte.

Exactement. Snapchat, c’est une de ces nouveautés qui ringardisent Facebook chez les ados. Il s’y échangerait actuellement plus de photos que sur le réseau social. Une perte de vitesse que le directeur financier du réseau social a publiquement reconnue lors de la présentation de ses résultats financiers pour le troisième trimestre.

Preuve que les dirigeants de Facebook prennent la menace au sérieux : il y a quelques jours, on a appris qu’ils avaient proposé aux dirigeants de Snapchat de racheter leur start-up pour 3 milliards de dollars. Pas mal pour une entreprise qui n’a pas encore gagné un cent depuis qu’elle existe !

De quoi voir venir…

Pas du tout ! Ils ont refusé ! Du coup Google aurait mis quant à lui 4 milliards sur la table. Idem pour un investisseur chinois. Et devinez la réponse : No thanks, non merci.

Ils sont fous ou alors alors ce sont de stratèges de génie.

C’est ce que tout le monde se dit. A titre de comparaison, Facebook a racheté Instagram pour un milliards de dollars en cash et actions.

En tout cas, ça leur fait depuis quelques jours une campagne de pub sans précédent. Les médias sont intrigués par le jeune patron de Snapchat , Evan Spiegel, 23 ans, qui vit chez son père et qui a refusé une fortune. Mais il pense peut-être que l’agent n’est qu’un fantôme insaisissable…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK