MédiaTIC: faux avis de consommateurs sur internet, la riposte s'organise

illustration
illustration - © Flickr (DeclanTM)

De plus en plus d’internautes consultent les avis des consommateurs avant de procéder à un achat. Et pourtant, ils leur font de moins en moins confiance… C’est paradoxal. L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Alain Gerlache.

Toutes les enquêtes le montrent : les gens sont de plus en plus méfiants. Et à raison ! C’est devenu un business.

Nous avons déjà parlé ici des entreprises qui fournissent des commentaires élogieux sur n’importe quel sujet, des hôtels aux aspirateurs. Il suffit de payer : ça va de 10 à 100 euros la vingtaine de témoignages bidons.

D’autres en sont restés au stade artisanal, dans des domaines où l’on ne s’y attend pas toujours. Comme cet écrivain britannique a succès RJ Ellory. Il a défrayé la chronique il y quelques mois Outre-Manche. Sous différents pseudonymes, il avait inondé le site Amazon de commentaires élogieux sur son dernier roman. Et il y dénigrait aussi les bouquins des autres écrivains. Tant qu’on y est, pourquoi se priver ?

Trouver une solution au problème

Comme le dit Alexandre sur Twitter : "Les faux avis sont à internet ce que le dopage est au sport".

Bien sûr, il y a déjà un arsenal répressif, mais il est peu efficace. Il faut donc travailler en amont. Ce sont Les Echos.fr qui l'annoncent : la France va lancer un label de fiabilité pour les sites qui mettent en place une vraie politique de contrôle des avis des consommateurs en ligne. La mission a été confiée à l’AFNOR, l’Association Française de Normalisation qui gère notamment la fameuse mention "NF", "norme française" que vous connaissez sans doute. 

Concrètement, ça se passe comment ?

Il y a différentes techniques comme par exemple la vérification de l'identité numérique de l’auteur du commentaire, le moyen de le contacter directement ou encore la possibilité de consulter tout l'historique des avis qu’il a publiés.

Les sites qui satisfont aux critères seront certifiés. Ils pourront afficher un logo qui garantit leur sérieux. C’est une première européenne. D’autres pays ont déjà introduit ce dispositif comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Et les Etats-Unis s’apprêtent à faire de même.

Nous pourrions nous inspirer en Belgique

Ou au plan européen. Ce serait sûrement une bonne idée parce que manifestement, c’est un vrai souci à l’heure où de plus en plus de gens utilisent internet pour leurs achats ou réserver leurs vacances. Sur Google+, David l’affirme : "J’ai bossé un certain temps pour un des plus gros sites français de vente en ligne, je ne peux qu'applaudir ce genre d'initiative. Ces faux commentaires sont une vraie gangrène..."

Evidemment, il y a aura toujours des petits malins qui trouveront la faille mais, comme le dit Patrick, c’est un premier pas dans la bonne direction.

#médiaTIC @AlainGerlache

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK