Les utilisateurs de Windows XP très exposés depuis mardi

Alain Gerlache
Alain Gerlache - © RTBF

C’est ce mardi que Microsoft arrête le support et les mises à jour à destination de ses clients qui utilisent le système d’exploitation Windows XP pour faire tourner leur ordinateur.

Beaucoup se souviennent encore du bureau par défaut de Windows XP : une colline verdoyante sous un ciel bleu ou moutonnent quelques nuages blancs. Un paysage que l’on voudrait garder pour toujours. Et c’est ce qui est arrivé !

Windows XP, c’est un des plus grands succès de Microsoft qui est sorti il y a déjà 13 ans. C’est une éternité dans un domaine où l’évolution est très rapide. Aujourd’hui encore, il équiperait entre 20 et 30% des ordinateurs fonctionnant sous Windows dans le monde, versions piratées comprises.

Une situation embarrassante pour Microsoft qui a lancé entretemps d’autres générations de son système d’exploitation : Vista, 7 et 8. Avec des bonheurs divers, mais c’est toujours une importante source de revenu pour l’entreprise. La longévité de XP freine le renouvellement du marché.

Qui sont ces utilisateurs fidèles voire inconditionnels de XP ?

Des particuliers et des entreprises qui trouvent que ça leur convient très bien. Il ne faut pas chercher plus loin. Des sociétés qui ont des besoins informatiques peu sophistiqués ou encore des écoles dont les moyens sont limités. Il ne faut pas chercher plus loin.

Comme l’expliquent des experts américains à l’AFP ces gens "ont estimé que Windows XP était suffisamment bien pour eux et ils n'ont pas vu les avantages qu'ils pourraient tirer à dépenser de l'argent pour passer à un système d'exploitation plus récent".

Cela peut aller des services de police, aux banques en passant par des bureaux juridiques et des restaurants. Même des distributeurs de billets ont concernés, par exemple ceux que l’on trouve dans certains pays, dans des bars ou des petits commerces.

Que va-t-il se passer pour eux?

Ils pourront toujours utiliser leurs ordinateurs. Mais comme il l’a annoncé il y a un an, Microsoft ne leur fournira plus de mise à jour de sécurité. Tous ces PC deviendront donc vulnérables. Et ils pourraient servir de porte d’entrée pour des attaques à destination de tout le parc mondial. C’est tout sauf anodin. Au point que les gouvernements du Royaume-Uni et des Pays-Bas ont directement négocié avec Microsoft au nom de leurs administrations pour obtenir un an de support supplémentaire.

Que faire si on est dans le cas ?

On ne va pas pousser à la consommation. Mais si on veut garder une protection optimale, il faut soit se couper du reste du monde, soit passer à un système plus récent, et on en trouve sous différents marques, et qui sera plus adapté aux usages actuels d’internet.

Alain Gerlache

@AlainGerlache #mediaTIC