Les retards de Wouter Beke

En Flandre ou le ministre de la Santé Wouter Beke est dans les cordes. Il est mis en cause dans la commission parlementaire consacrée au coronavirus.

Et dire que l’ancien président du CD&V avait négocié pour lui-même ce poste plutôt tranquille. Quitter la présidence où il était contesté, quitter le fédéral et ces discussions à n’en plus finir avec les francophones. Direction la région. Pour se refaire dans ce poste, un peu planqué, de ministre flamand du bien être occupé jusque-là par le placide Jo Vandeurzen. Le tout sous le patronage de la N-VA qui doit à Wouter Beke sa montée au fédéral en 2014.

Or, le problème c’est que, quand le corona est arrivé, Wouter Beke est resté plutôt tranquille, passif. C’est ce que révèlent les auditions effectuées au sein de la commission spéciale mise en place par le Parlement flamand.

En ligne de mire

La presse flamande n’est pas tendre avec Wouter Beke. En particulier De Standaard et Het Laatste Nieuws. Ce mercredi, dans le plus gros tirage du pays, Wouter Beke avait droit à une pleine page avec ce titre : "Un fil rouge : Beke est en retard." En retard pour les maisons de retraite, en retard pour le suivi de contact, en retard pour les mesures de quarantaine pour les voyageurs. Sur les 3 grands domaines de compétence régionale en matière sanitaire, Beke est accusé d’avoir traîné.

Et si Het Laaste Nieuws est aussi sévère c’est que les éléments à charge s’accumulent. En particulier le témoignage devant la commission de Margot Cloet, une démocrate chrétienne, une femme du sérail CD&V, ancien chef cab de Jo Vandeurzen devenue patronne de Zorgnet, la plus grande organisation faîtière pour les hôpitaux et les centres de soins. 130.000 personnes y travaillent.

Bref, Zorgnet, c’est le mastodonte des soins de santé en Flandre. Et Margot Cloet n’est pas tendre avec son ministre. Elle explique avoir demandé un groupe de travail pour les maisons de repos le 23 mars. Elle a dû attendre le 9 avril pour que le ministre se penche sur le problème, sans réaction de sa part après quatre demandes pressantes. Trop tard, les morts commençaient à se compter par dizaine.

L’affaire démontre aussi en passant à quel point le CD&V est en rupture avec ses "standen", ses piliers qui le rendait si puissant jadis. Aujourd’hui les piliers ne peuvent visiblement plus compter sur le CD&V, même dans les coups durs. Et le CD&V ne peut plus compter sur ses piliers pour les protéger, même dans les coups durs.

Retour de flamme dans le sud ?

Ce qui arrive à Wouter Beke en Flandre risque aussi d’arriver dans le sud du pays. Ou des commissions parlementaires sont aussi prévues.

Avec dans le rôle de Wouter Beke, l’Ecolo Alain Maron à Bruxelles et la socialiste Christie Morreale en Wallonie. Ici aussi, les maisons de repos ont été un temps abandonnée à leur sort. Ici aussi il a fallu du temps pour mettre en place le suivi de contact, ici aussi les consignes aux voyageurs sont restées au fond du tiroir.

La question évidemment sera de savoir pourquoi cela n’a pas bien fonctionné. Ce qui aurait pu être évité, ou pas. Ce qui relève du système, ce qui relève de l’incompétence. En Flandre, ce qui est en train de se dessiner c’est qu’une partie de la réponse se situe dans la piètre gestion de Wouter Beke.

Nous n’en sommes pas encore là côté francophone. Nous avons du retard pour révéler pourquoi nous aussi, nous avons été en retard.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK