Le rêve humide de la N-VA

La N-VA se prépare doucement à l’opposition au gouvernement Vivaldi qui se met en place. Le plan a l’air simple sur papier, se servir de l’accord de gouvernement flamand pour faire pression sur l'Open VLD et le CD&V. L’objectif de cette stratégie est de démontrer que l'Open VLD et le CD&V n’agissent pas dans l’intérêt des Flamands, voire sont anti-flamands.

Vivaldi-taks

Un premier exemple concerne la sortie du nucléaire en 2025. Si le fédéral ne prolonge pas les centrales comme souhaité par la N-VA, cela aura un impact important sur la facture d’électricité des Flamands disent les nationalistes. Sur les réseaux sociaux l’armée de communicants de la N-VA a déjà rebaptisé cette future possible augmentation de la facture : Vivaldi-taks.

Et la ministre flamande de l’Énergie, Zuhal Demir, va même plus loin, elle menace de ne pas accorder de permis en Flandre pour la construction de centrales au Gaz qui devraient remplacer en partie le nucléaire. En tout cas elle souligne lourdement qu’on ne pourra pas se passer de la N-VA pour le faire. Il existe une expression en néerlandais pour qualifier cette attitude de confrontation: “Vecht fédéralisme”, fédéralisme de combat. Voilà le plan, combattre le fédéral, combattre l'Open VLD et le CD&V en les rappelant constamment à leurs obligations, celles contenues dans l’accord de gouvernement flamand.

Des dossiers dans le placard

La prolongation du nucléaire est sans doute le marqueur politique le plus évident pour différencier une coalition de centre droit sans les écologistes (que prônait la N-VA) et une coalition avec les verts qui penche plus à gauche. Zuhal Demir parle de la sortie du nucléaire comme le rêve humide des écologistes (sic).

Dans la dernière ligne droite de la négociation, la menace du “Vecht fédéralisme” doit donc mettre un dernier coup de pression sur l'Open VLD et surtout le CD&V. Car derrière il y a d’autres dossiers dans les cartons de la N-VA, en particulier le dossier de l’immigration et de l’intégration. Souvenez-vous, Jan Jambon avait annoncé, je le cite : “l’augmentation du ticket d’entrée pour la Flandre”, c’est-à-dire un ensemble de mesures visant à restreindre l’accès aux étrangers en Flandre, par exemple en édictant des nouvelles conditions pour avoir droit aux aides sociales. Theo Francken estime qu’avec Ecolo au pouvoir on ira dans le sens inverse. Il annonce, je le cite, : une “période dorée pour les passeurs”.

Guerre des tranchées

Et puis il y a le dossier institutionnel. Sur ce point l’accord de gouvernement flamand est assez vague. Mais prévoyait déjà la menace du "Vechtconfédéralisme". Voici ce qu’il dit dans le texte “Au cas où la concertation n’apporte pas de solution, tous les instruments légaux seront déployés lorsque d’autres autorités interviennent sur le domaine de compétence ou menace nos intérêts”.

Quand on sait qu’énormément de domaines de compétences sont partagés en Belgique ça laisse imaginer une véritable guerre des tranchées entre le gouvernement flamand et le fédéral, entre la Flandre et la Belgique. Bref le rêve humide de la N-VA.

Au CD&V on craint comme la peste d’être continuellement pris entre deux loyautés, celle à l’accord de gouvernement flamand d’une part et celle à l’accord de gouvernement fédéral d’autre part. Pour eux l’enjeu de la négociation actuelle est que l’accord de gouvernement flamand soit presque entièrement couvert par le fédéral pour ne pas être attaqué dans le dos par les nationalistes. Parce que c’est comme ça en politique, les rêves humides des uns sont les cauchemars des autres.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK