Le MR va-t-il débrancher ses électeurs?

Le MR va-t-il débrancher ses électeurs?
Le MR va-t-il débrancher ses électeurs? - © Tous droits réservés

Il risque de ne pas y avoir assez d’électricité pour cet hiver. Pour le gouvernement fédéral, et le MR en particulier, ce serait une catastrophe. Ce qui se passe est tout simplement hallucinant. On a peine à y croire, alors que la ministre Marie-Christine Marghem avait annoncé qu’il ne fallait pas de réserve stratégique pour cet hiver, que tout irait bien. Finalement non, 6 des 7 réacteurs nucléaires seront à l’arrêt en novembre.

L’énergie est en bonne place dans la longue liste des dossiers où l'on n’y arrive pas. Le RER, le parc Maximilien, le Pacte d’Excellence, les F16, la dette publique. Mais évidemment, au fond, un budget qui dérape ça ne change pas tout de suite votre vie, un F16 qui se fait trop vieux non plus. Par contre, devoir sortir les bougies et grelotter en plein hiver, avant les élections, pour un gouvernement c’est une catastrophe politique. On connaissait déjà un gouvernement qui tire la prise et déclenche des élections, c’était le VLD sur BHV en 2010. On connaissait les électeurs qui débranchent la prise d’un gouvernement en le sanctionnant lors des élections. Mais ici, nouveauté, on n’est plus dans le figuré. Le gouvernement débranchait littéralement la prise des électeurs avant le scrutin...Cela ruinerait toute la campagne du MR. Le moins pire qui puisse arriver pour les libéraux, ce serait d’éviter les coupures, mais l’incertitude va rester, la facture va augmenter. Bref, c’est une tuile politique...

C’est la faute à Marie-Christine Marghem, la ministre de l’Énergie? 

Alors non ce serait trop simple. D’abord, à court terme, il faut voir ce qu’elle propose pour éviter les coupures et limiter la hausse de la facture. Pour expliquer ce cafouillage, elle pointe la responsabilité d’Electrabel qui ne l'a pas correctement informée. C’est en effet bien possible. Mais, dans les urnes, si le citoyen n’est pas content, ce n’est pas contre Electrabel qu'il va voter mais contre le MR.

À long terme, la responsabilité de Marie-Christine Marghem est partagée. Car il faut être de bon compte, aucun gouvernement depuis 2003, depuis la décision de sortie du nucléaire, n’est parvenu à assumer et à constituer un parc de production énergétique sûr, durable et qui en plus produit une électricité à coût abordable. Marie-Christine Marghem a donc trainé un lourd héritage.

On aurait pu croire que 4 années sans élection (ce qui est une période anormalement longue chez nous), qu’avoir un gouvernement idéologiquement resserré (ce qui est aussi assez rare) aurait pu changer la donne. Il n’en est rien et les quelques mois qui restent avant les élections, n’y changeront probablement rien…

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK