Le coquelicot, sur un malentendu, ça peut marcher

Le coquelicot, sur un malentendu, ça peut marcher
Le coquelicot, sur un malentendu, ça peut marcher - © Tous droits réservés

Les députés wallons ont jusqu’à mardi pour donner leur réponse au PS et à Ecolo, oui ou non à un gouvernement coquelicot. Cela peut-il réussir ?

Si tout se passe comme prévu, non. Mais, sait-on jamais sur un malentendu, ça peut marcher. Petit rappel, PS et Ecolo ont déposé dans la boîte mail de tous les députés wallons un "cœur de programme" (comme l’a dit Elio Di Rupo) axé autour d’un plan de transition écologique et social. Un plan non budgété. Les députés ont jusqu’à mardi 14 heures pour donner leur réponse : oui ou non peuvent-ils soutenir un gouvernement sur cette base ?

Si tout se passe comme prévu, ça ne marchera pas. Qui va soutenir ce texte au parlement ? Au niveau des partis, le PTB a déjà dit non. Le MR ce serait incompréhensible à ce stade, le cdH a dit et redit qu’il était dans l’opposition, il faudrait donc qu’il change d’avis, ce qui est peu probable. Au niveau des individus, certains parlementaires pourraient peut-être retourner leur veste, mais là aussi c’est improbable.

Le coquelicot à la poubelle ?

Non, du tout. Car l’objectif numéro un de la stratégie du coquelicot n’est pas de trouver une improbable majorité parlementaire de circonstance, même si sur un malentendu… L’objectif réel est clair désormais, il est de rassurer la société civile organisée. Rassurer le monde progressiste, les militants du PS et surtout les militants d’Ecolo qui craignent l’alliance avec le MR. Pour les rassurer, il fallait les écouter. C’est fait au travers de la société civile. Il fallait reprendre une bonne partie de leurs idées. C’est fait. Il faut leur démontrer qu’on a tout fait pour les défendre. C’est ce qui est en train de se faire en ce moment. Il faut que le PTB et le cdH soient pointés comme responsables de la désillusion et de la déception quasiment inéluctable de la société civile.

Le retour du "pôle des gauches"?

Autre avantage de cette aventure coquelicot, elle a rapproché PS et Ecolo. Elle les a même soudés. Prenez cette phrase d’Elio Di Rupo dans L’Echo ce week-end :

“Quel que soit le partenaire nous resterons liés”.

C’était une interview à deux, avec Jean-Marc Nollet. Il n’a pas utilisé ces mots-là lui, mais ne les a pas démentis non plus. Le coquelicot est donc avant tout un pacte PS-Ecolo qui vise à diminuer le rôle de faiseur de roi dont le MR a hérité depuis le choix du cdH d’aller dans l’opposition. Le PS craint comme la peste de se retrouver tout seul avec le MR au pouvoir. Ecolo craint comme la peste de ne pas être indispensable dans une alliance avec le PS et le MR. Le coquelicot vise à répondre à ces deux peurs. En se mariant à deux avant le mariage forcé à 3, le PS et Ecolo tentent de se rassurer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK