Le blues derrière le fond "blouses blanches"

Le parlement doit voter aujourd’hui une augmentation des moyens pour le personnel infirmier. C’est une victoire pour les infirmiers et infirmières. C’est une victoire pour le parlement, mais aussi et surtout le signe que la machine se déglingue.

D’abord, de quoi parle-t-on ? Du vote d’une proposition de loi qui organise l’affectation d’un fond dit “blouse blanche”. Le fond bénéficiera au personnel infirmier en général que ce soit en hôpital ou à domicile, qu’il soit salarié ou indépendant. C’est bien sûr une très bonne nouvelle pour un métier indispensable et sous pression.

C’est aussi une bonne nouvelle pour le parlement. Le vote a finalement eu lieu à l’unanimité hier. Ce n’était pas du tout gagné.

Cela veut dire deux choses. Un, que la mobilisation des infirmiers, des syndicats, a été entendue. Deux qu’en l’absence d’exécutif, en plein vide du pouvoir, la chambre a pris la main. Il y a eu un processus de négociation entre les différents partis. Oui c’est donc possible de s’entendre. Voilà pour les bonnes nouvelles…

Inquiétudes

Cet accord c’est 400 millions d’euros sur base annuelle. C’est une dépense très importante. Elle a beau être légitime, elle ne peut faire l’économie d’une réflexion budgétaire globale. En clair, comment on la finance? Avec quelle recette nouvelle? Quelle dépense en moins?. C’est le point aveugle de ce vote. La situation des finances publiques est très préoccupante et personne n’est responsable. Les comptes de la Belgique sont en train de crouler mais il y a personne pour les relever.

L’avertissement de la Commission européenne est très clair, le budget fédéral décroche. Les raisons de ce naufrage sont désormais connues et font de moins en moins débat. La réforme de l’impôt des sociétés, et le Tax-shift décidés par l’ancien gouvernement se basaient sur des prévisions de rentrées beaucoup trop optimistes et n’étaient pas assez financés. En cause aussi l’augmentation des dépenses de sécu, de pension en particulier. L’ancien gouvernement Michel avait reçu des avertissements de la commission, mais aussi du bureau du plan et du comité de monitoring. Il les a négligemment rejetés accusant ces institutions d’être trop pessimistes. Soyons clairs, il a menti.

Les régions ne sont pas en reste, Flandre, Bruxelles et Wallonie s’endettent pour investir. Très bien. Mais une part importante de ces investissements est considérée par les régions comme hors du budget. Dans ces dépenses "borderline" on retrouve la rénovation des tunnels Bruxellois ou le contournement d’Anvers ce que la Commission n’acceptera pas. Quand elles disent qu’elles retrouveront l’équilibre, d’ici quelques années, elles mentent elles aussi.

Mauvaise idée ce fond "blouses blanches" ?

C’est évidemment important d’investir dans la santé, et dans l’humain. Mais que fait-on de la justice qui est en déroute, il n’y a pas d’autre mot, en déroute. Y aura-t-il un fond "blouses noires" ? Que fait-on de la SNCB, qui est à l’abandon ? C’est le message passé par les patrons de la SNCB hier dans le même parlement, y aura-t-il un fond "blouses cheminots" ?

La liste des services publics sous-financés, fissurés, déstabilisés est encore longue. Ces services-là, que va-t-on faire pour eux ? Qui va sortir l’Etat de son impéritie ? Qui va le sortir de l’irresponsabilité dans lequel il est tombé ? Qui va faire l’exercice de vérité ? Qui va arbitrer entre les besoins et la nécessité ? La réponse est simple : seul un gouvernement composé de femmes et d’homme qui ont un sens profond de l’Etat peut arbitrer ces différents intérêts de manière globale.

C’est pour ça que le vote du parlement est angoissant. Car en faisant quelque chose pour les infirmiers et infirmière, il révèle le vide, tout ce qui n’est pas fait. Il révèle l’incapacité chronique du système à encore produire par l’entremise d’un gouvernement un arbitrage global des intérêts et des forces à l’œuvre dans la société. Il révèle que nous avons perdu ce truc bizarre et visiblement complètement dépassé qu’on appelait autrefois "l’intérêt général".


 

 



 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK