La Wallonie désormais eunuque politique

Le gouvernement wallon est devenu un eunuque politique. Il n'a plus de majorité parlementaire ni en commission, ni en séance plénière. Ce qui veut dire que tous les textes de lois qui devaient très stratégiquement arriver en bout de parcours juste avant les élections, et marquer le bilan de la majorité MR-CDH sont suspendus. Suspendus au bon vouloir de cette élue Patricia Potigny qui insatisfaite de sa place sur les liste MR carolo est allée voire ailleurs. Elle est suspendue aussi à la motivation de l’opposition, PS, ECOLO, PTB. Aussi et surtout donc désormais de la liste Destexhe qui grâce aux transfuges a déjà deux députés. Patricia Potigny et André Pierre Pujet ancien du PP, devenu un temps indépendant. 

Est-ce que tout ce petit monde va parvenir à une majorité de blocage de circonstance ? Ce ne sera pas simple.  Jusqu’ici PS, ECOLO et PTB n’ont pas joué le nombre lorsqu’il y avait un absent dans le camp d’en face pour ne pas faire du parlement wallon une bataille de procédure et donner une image dégradée de la politique wallonne. Il n'est pas certain que leurs attitudes changent. Mais la campagne bat désormais son plein. La bataille se durcit. Le gouvernement wallon comme le fédéral est devenu minoritaire, l’opposition a donc la main, mais être très divisée.     

Vers un blocage ?

Dans les dossiers en souffrance il y a la fameuse réforme des aides à l’emploi qui mobilise beaucoup contre elle le secteur associatif. Il y a l’assurance autonomie qui doit permettre de faire face aux coûts de la dépendance notamment des personnes plus âgées. Ce sont deux gros dossiers clefs. Le premier pour le MR, le deuxième pour le CDH. Ce sont deux marqueurs politiques. L'opposition pourrait avoir le scalp du MR et du CDh sur ces dossiers.

Le bilan de la majorité MR-CDH risque d’être gâché par le choix de Patricia Potigny. Alain Destexhe voulait faire mal au MR, il y parvient déjà avant même d’avoir officiellement déposé des listes. Ce qui fait dire à Georges Louis Bouchez ce matin dans Le Soir qu’Alain Destexhe ne peut que favoriser la gauche. C'est en passant la défense inversée du PS face au PTB, accusé de ne profiter qu’à la droite.

Le MR encaisse

C’est une campagne compliquée, avoir deux gouvernement minoritaires c’est totalement inédit. Mais c’est le résultat des choix du MR. Ceux d’une prise de risque politique dans les deux cas. Monter au fédéral avec la NVa, comme seul parti francophone, accepter à la région wallonne l’appel de Benoît Lutgen et monter avec une majorité d’une voix. Les risques étaient connus et acceptés. Même si ce scénario là personne ne l’avait prévu. Le problème c’est que le MR fait campagne sur la bonne gestion, la stabilité et tout ceci contredit les slogans.

En attendant, le MR tente de contrer cette mauvaise séquence avec les annonces de candidats “surprises” comme Michel De Maegd ou Sabine Laruelle, il avance sur son programme. Les libéraux présentaient leur plan climat lundi il a été largement éclipsé par cette affaire. Ils ne peuvent qu'espérer des jours meilleurs. Espérer que la dernière ligne droite, après les vacances de Pâques leur soit plus favorable.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK