La N-VA incontournable. Vraiment?

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

A quatre jours du scrutin, chacun fait déjà ses comptes. La composition des futures majorités s'annonce ardue. La N-VA pourrait être incontournable mais cela se jouera à peu de choses.

C’était l’antienne lors de la formation du gouvernement fédéral en décembre 2011 : certes le nouvel exécutif, formé péniblement après 541 jours d’attente, était minoritaire dans la plus grande communauté mais on allait voir ce qu’on allait voir, son succès allait se mesurer à l’aune du recul de la N-VA. A quelques dizaines d’heures de l’échéance, il semble toujours que le compte n’y est pas.

La N-VA cale

Het Laaste Nieuws, De Morgen avec VTM diffusent depuis plusieurs jours le plus gros sondage de la campagne : réalisé non pas sur l’ensemble de la Flandre, mais circonscription par circonscription, dans chacune des provinces flamandes.

Cela permet une projection en sièges assez précises et non pas comme d’autres sondages, une simple extrapolation. Un constat : la N-VA serait donc bien incontournable, même si à la Chambre elle ne gagnerait pas de sièges !

Pour le gouvernement Di Rupo et ses composantes, il y a donc une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne : la N-VA ne progresse pas et conserverait ses 27 députés actuels ; la mauvaise : CD&V, Open VLD et SP.A ne progressent pas non plus, les chrétiens-démocrates perdraient même un siège. Le seul vainqueur en Flandre serait… Groen qui gagnerait 4 sièges, passant de 5 à 9 ! Le PVDA ferait son entrée à la Chambre grâce à un député anversois. La gauche se renforce en Flandre mais la N-VA serait maître du jeu. Les trois partis flamands qui participent au gouvernement Di Rupo restent ensemble minoritaires en Flandre et ne semble donc pas en mesure de faire plier les nationalistes.

Dernier espoir

La situation serait relativement la même au Parlement Flamand où là, par rapport au dernier scrutin régional de 2009, on assisterait à un raz-de-marée nationaliste : la N-VA passerait de 16 à 37 sièges ! Les trois partis traditionnels seraient " trop court " de deux ou trois sièges.

La seule bonne nouvelle finalement c’est que tout cela n’est qu’un …sondage ! Contourner la N-VA reste jouable, le CD&V peut par exemple compter sur une bonne dynamique de fin de campagne.

Mais cela, la N-VA ne le sait que trop bien. Elle restera très présente jusqu’à dimanche et inondera les réseaux sociaux samedi.

La partie s’annonce serrée.

Philippe Walkowiak

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK