La mobilisation syndicale à Bruxelles

La mobilisation syndicale à Bruxelles
La mobilisation syndicale à Bruxelles - © Tous droits réservés

C’est donc la mobilisation syndicale dans les rues de Bruxelles ce matin…C’est un test pour le gouvernement mais c’est d’abord un test pour les syndicats.

Oui c’est clair c’est eux qui doivent prouver maintenant que leurs critiques, leurs discours très dur contre les mesures prisent par le gouvernement Michel sont portées par une large base. Et une base citoyenne qui dépasse les délégués et permanents syndicaux très politisés…Bref pour le dire clairement les syndicats doivent prouver que l’opposition, la grogne est réelle, partagée, populaire.
Bref installer un rapport de force et a ce petit jeu, le chiffre de 100 000 manifestants fera passer le mouvement du statut de " grogne" classique à celui de mobilisation "exceptionnelle"...
Mais le chiffre de 100 000 ne fera pas tout…
Si sur 100 000 manifestants il y a 80 000 francophones. La mobilisation sera un échec…Car le rapport de force dont on parlait c’est surtout au nord du pays qu’il va se jouer. Vu la composante flamande très forte de ce gouvernement, inutile de dire qu’une mobilisation très francophone, trop francophone serait contreproductive…Cela pousserait même la NVA à poursuivre dans une ligne dure.
D’ailleurs, aujourd’hui trois des plus importants écrivains flamands, invités de la foire d’Anvers, dont Tom Lanoye, vont exprimer leurs soutiens aux manifestants. C’est un renfort symbolique pour la gauche syndicale en Flandre…
Et pour le gouvernement c’est quand même aussi un test?
Bien sûr, l'équipe de Charles Michel doit faire tout et son contraire, à la fois être ferme et souple, tenir une ligne mais s'ouvrir a la discussion...En tous cas apparaître unis, clair dans une ligne...Tout l'inverse de ce qui s'est passé hier...Par deux fois le gouvernement hier s'est fissuré, par deux fois entre la NVa et le MR... Didier Reynders avance une diminution des économies dans la culture, la NVa le rappelle à l'ordre sèchement "Didier Reynders ne parle que pour lui même, il faut s'en tenir à l'accord de gouvernement".

Les cadres du MR bataille avec le PS pour dire que le gouvernement n'affaiblit pas le pouvoir d'achat des citoyens? Le ministre NVa des finances Johan Vanofervedt parle d'une perte de 123 euros. Et il a cette petite phrase pleine de compassion "Une perte de 25 euros par mois, ce n’est certes pas amusant, mais est-ce vraiment dramatique?" Tous les travailleurs qui ont des fins de mois difficiles apprécieront l'empathie du ministre.

Le MR tente de rassurer, la NVa se montre impitoyable. La fissure est nette, les syndicats et l'opposition fédérale vont se faire un plaisir de s'y engouffrer...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK