La Constitution est-elle un chiffon de papier?

La constitution est-elle un chiffon de papier?
La constitution est-elle un chiffon de papier? - © Tous droits réservés

Le gouvernement est toujours debout. La N-VA a baissé la garde. Souvenez-vous de l’analogie que nous avions évoquée il y a quelques jours: les deux voitures lancées l’une vers l’autre à toute allure dans un désert de l’Arizona.

La N-VA a donc braqué au dernier moment. Oui, elle a préféré le fossé au crash. Oui, elle a avalé des couleuvres. Et par deux fois. Car oui, il y a eu un vote hier au parlement sur ce pacte. Une majorité alternative s’est dégagée. La N-VA en avait fait une ligne rouge, elle a mangé sa ligne rouge. Et deuxièmement, oui Charles Michel ira à Marrakech. La N-VA en avait fait une ligne rouge, elle a encore mangé sa ligne rouge.

Charles Michel a-t-il donc remporté son duel?

Non, pas encore. Car lui aussi a choisi le fossé plutôt que le crash. De manière moins évidente que la N-VA il faut bien l’avouer. Il apparaît gagnant. Mais attention que va-t-il aller faire à Marrakech? D’après ce qu’il explique lui-même, il s'agit de défendre la position du parlement. Comprenons bien, il ne porte donc pas la parole de son gouvernement, et encore moins la position de la Belgique. D’ailleurs, la N-VA le répète, la position du gouvernement, de la Belgique est qu’il n’y a pas d’accord pour signer ce pacte.

Donc oui, Charles Michel ira à Marrakech. Mais, pour la N-VA, il va faire du tourisme. Car les nationalistes refusent et refuseront que la Belgique approuve ce pacte sur les migrations. On voit là se dessiner la piste bricolée pour sauver le gouvernement. Un aller-retour à Marrakech pour Charles Michel, pas de pacte endossé par la Belgique pour la N-VA. Personne n'a gagné…

La crise est-elle terminée?

Non, car ce bricolage entre N-VA et MR est très fragile. Si le Premier ministre va à Marrakech cela doit être pour défendre la position de la Belgique. Ensuite, la Belgique, via son ambassadeur, doit voter à New York ce pacte. Si la N-VA reste après cela, ça veut dire qu’elle se soumet.

Si la N-VA n’accorde qu’un visa de touriste à Charles Michel à Marrakech, que la Belgique ne vote pas ou s'abstient à New York, Charles Michel aura mangé sa parole. Ça veut dire que c'est lui qui se soumet. 

La Constitution impose la parité au sein du gouvernement fédéral. L'usage à imposé la règle du consensus, de la collégialité au sein du gouvernement, pour protéger les francophones de décisions majoritaires flamandes. Ce qui se passe en ce moment ouvre la porte à un dévoiement. Car nous assistons à un différent irréductible entre la N-VA et ses partenaires. Est-ce qu'en matière de gestion des migrations on veut suivre l’unilatéralisme de l’Australie et de la Hongrie ou le multilatéralisme de la France ? 

Ce n’est pas une petite différence. S'il n’y a pas de consensus, il ne peut pas y avoir de pacte. Ou alors il faut que le gouvernement tombe (ou que les ministres N-VA soient révoqués). C’est aussi simple que ça. Toute autre solution reviendrait à considérer la Constitution comme un chiffon de papier. C’est l’expression qu’avait utilisée le Premier ministre Leo Tindemans en 1978 juste avant de démissionner à propos d’un autre pacte, le pacte d’Egmont.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK