La com' ne dort jamais

Alain Gerlache
2 images
Alain Gerlache - © RTBF

Depuis ce week-end les médias flamands font grand cas des difficultés de la communication du gouvernement fédéral face aux polémiques lancées par la N-VA. L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Alain Gerlache.

C’est peu dire que l’offensive médiatique de la N-VA a fait mouche ce week-end ! En trois coups bien calibrés, le premier parti de l’opposition a envoyé la com’ du gouvernement fédéral au tapis. Il est vrai que les nationalistes ont bénéficié d’un coup de main involontaire de la Commission Européenne. Ses critiques à propos de la fiabilité du travail budgétaire de la nouvelle équipe ont semé le doute. Un contexte propice à une offensive médiatique en règle, qui avait clairement identifié les cibles, les canaux et le timing.

Vendredi, veille de week-end, la sortie du député N-VA Theo Francken sur les dotations royales crée la confusion dans les rangs gouvernementaux qui peinent à trouver la réplique. Un avantage mis à profit par le Vice-Président Ben Weyts deux jours plus tard dans Het Nieuwsblad op Zondag. C’est le seul journal flamand qui parait le dimanche, ce qui favorise sa reprise par les radios et les médias en ligne. D’autant que l’actu politique est en générale fort calme à ce moment-là. Avec ses prétendues révélations sur l’augmentation du salaire des ministres, la N-VA a frappé là où ça fait mal. En l’absence de réaction immédiate du gouvernement, les réseaux sociaux se sont enflammés, notamment sous la pression des nombreux internautes sensibles aux arguments des nationalistes.

Plus que jamais, et notamment à cause de la place prise par les médias sociaux, pour contrer une attaque médiatique, il faut réagir vite et fort

Plus on attend, plus il devient difficile de récupérer le coup. Et ça laisse des traces. Ce n’est que lors des débats télévisés du dimanche midi que les responsables de la majorité ont fourni un démenti encore un peu approximatif. Ce qui a permis à Bart De Wever invité du Zevende Dag à la VRT d’apparaitre, une fois de plus, comme le maître du jeu qui distribue les bons et les mauvais points. C’était le dernier étage de la fusée N-VA.

Aujourd’hui, à l’heure des médias en ligne et des réseaux sociaux qui fonctionnent 24h sur 24, 7 jours sur 7, il faut avoir son radar en alerte permanente jour et nuit, et même le dimanche matin… Ça vaut pour les politiques, et on le voit aussi dans les campagnes présidentielles française et américaine. Mais ça vaut aussi pour tous ceux qui sont susceptibles de se retrouver au centre de polémiques comme les entreprises, les institutions ou les grands médias. Après plus d’un an et demi sans gouvernement, on avait un peu oublié comment majorité et opposition s’affrontent dans un paysage médiatique qui, en plus, n’a pas cessé d’évoluer. Pour certains, le réveil est un peu dur.

Alain Gerlache

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK