Jésus revient. La Belgique attend le miracle

Jésus reviens ! La rue de la loi attend le miracle
Jésus reviens ! La rue de la loi attend le miracle - © Tous droits réservés

Depuis le début du mois de janvier le climat politique ne cesse de se dégrader. Un accord semble désormais de l’ordre du miracle. Jésus est cité comme informateur. Les optimistes peuvent se consoler en se disant que c’est quand on ne croit plus à rien que les miracles ont lieu. Le miracle c’est ce qui permet de faire passer un reniement pour un acte de courage.

On n’y est pas encore. Pour l’instant, c’est la tempête et chacun prépare les élections. Depuis la publication par le bureau fédéral du plan des prévisions budgétaires pour l’année prochaine la tension est montée. Sur la route un trou béant de plus de 12 milliards d’euros. C’est le genre de nid-de-poule qui vous fait changer de trajectoire, ou freiner très sec.

C’est ce qu’a fait le PS qui ne souhaite toujours pas plus qu’hier monter dans un gouvernement avec la N-VA. Surtout pour faire la même politique que par le passé. Or pour remplir le nid-de-poule, il faudra mener une politique de rigueur qui ressemblera fort au passé. Creuser avec la N-VA pour remplir un nid-de-poule en faisant une réforme de l’état c’est la triple peine pour le PS. Qui renâcle et le dit de plus en plus fort.

Jésus Louis Bouchez

L’autre parti en campagne c’est le MR. Enfin, plutôt Georges Louis Bouchez. Il marche sur l’eau depuis sa mission d’informateur. Une mission qui comme toutes les autres avant lui a débouché sur un échec. Sauf qu’ici ça se voit, puisqu’il a été éconduit théâtralement par le Palais. Communicateur frénétique, il transforme l’échec en réussite comme Jésus Christ a transformé l’eau en vin.

Pas aussi simple pourtant que marier PS et N-VA. Ça même Jésus Christ informateur n’aurait pas réussi. C’est du Georges Louis Bouchez dans le texte. Une phrase qui a le mérite d’être claire. Le MR reconnaît désormais officiellement ne pas croire au miracle. La ligne d’un gouvernement PS-N-VA est donc officiellement sans issue. Et Georges Louis Bouchez de pointer une nouvelle fois le CD & V, ses anges et ses démons.

Plan B

Ecolo tente aussi de jouer la carte du Plan B comme Belgique. Jean Marc Nollet déclare son amour du pays. Serait-il aussi unitariste que le Christ ? En tout cas il fustige les quelques pistes de régionalisation qui aurait été évoquée lors de ces négociations par le PS.


►►► A lire aussi: Jean-Marc Nollet: "Ce n'est pas notre volonté mais nous sommes prêts en cas de nouvelles élections"


Très bien mais avec qui faire ce Plan B ? Pas avec le Belang ni avec la N-VA c’est l’évidence. Mais très peu sans doute avec le CD&V. Reste le sp.a, Groen et une partie du VLD. Ça fait peu de monde.

La colère du PTB

Enfin le PTB n’est pas en reste en matière de campagne. L’air de ne pas y toucher, le PTB multiplie les pains. Il faut écouter les mots de Raoul Heddebouw dans la vidéo qu’on peut trouver sur le site du PTB :

Marre qu’u petit groupe de politicien divise le pays. 20 négociateurs professionnels dans des salons… Les ministres de la mobilité bloqués dans les files. Le PTB qui veut une politique plus efficace, moins chère et plus concentrée.

 

Ça ratisse donc très large pour la marche de la colère organisée début mars. Bref tout le monde est en place, il ne manque plus qu’un détail : la date du scrutin. Plus cette perspective va se rapprocher, plus on risque de trouver in extremis une solution que même Jésus n’aurait pas osé imaginer. C’est ça les miracles, c’est un spectacle, ça ne fonctionne que par effet de surprise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK