Je suis inculpée (ceci est une fiction)

RTBF
RTBF - © RTBF

"A mon étonnement, le juge C. m'a indiqué qu'il m'inculpait, sur réquisitions expresses du parquet de Bruxelles". Non, rassurez-vous, tout va bien. C'était juste une démonstration fictive d'auto-annonce d'inculpation...

Si tous les inculpés du pays devaient communiquer eux-mêmes leur propre inculpation, il y aurait un bouchon à l'agence Belga. Mischaël Modrikamen a appliqué le vieil adage cher à la Région flamande : "Ce que l'on fait soi-même, on le fait mieux".

Sans attendre que le parquet communique, il a dès avant le journal de 9 heures de La Première, envoyé le communiqué de presse annonçant son inculpation. Il n'a curieusement pas précisé les chefs d'inculpation : faux et usage de faux, complicité de blanchiment.

Mischaël Modrikamen préfère mettre en avant les émotions personnelles liées à sa confrontation : il affirme que l'un de ses "accusateurs" est "revenu sur ses déclarations", et qu'il "s'en réjouit" ; qu'il a lui-même demandé à être confronté aux autres parties prenantes et au plus vite ; qu'il a été étonné que le juge l'inculpe, sur "réquisitions expresses du parquet de Bruxelles". Ceci laisserait penser que le parquet est pressé de l'inculper, plus pressé que le juge d'instruction lui-même. Complot, grand complot ?

Il a été "surpris" à nouveau, du fait qu'il n'a pas été réentendu après la confrontation, et du fait que le dossier saisi n'a pas encore été examiné, dit-il, par les enquêteurs.

Il maintient "avec force" qu'il n'a commis "aucun acte délictueux" : bref, c'est un président de parti qui s'affiche victime d'une injustice judiciaire et qui préfère choisir ses mots plutôt que de subir une communication extérieure.

Qui parle, quand il réaffirme la présomption d'innocence ? L'avocat, ou l'homme politique ? C'est en tout cas le leader du parti populaire qui conclut son communiqué : "Etant aujourd'hui un homme public engagé dans la rénovation politique du pays, je veux montrer l'exemple de la transparence, en rendant cette information moi-même publique". 
"Je réaffirme avec calme et détermination que rien ne me détournera du combat entamé pour la rénovation du pays".

Mischaël Modrikamen s'en tient à son communiqué. Il n'accepte d'interview que sur ce qu'il appelle les "aspects politiques" de l'affaire. Où sont-ils ? Jusqu'à preuve du contraire, la justice est présumée elle aussi innocente.

 

Johanne Montay

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK