"Je meurs": une infirmière ukrainienne tweete son agonie en direct

"Je meurs": c’est le message alarmant publié en ukrainien par la secouriste bénévole Olesya Zhukovskaya sur Twitter et le réseau social russe VKontakte. Deux mots glaçants qui ont bouleversé le web hier.

L’inquiétude des internautes a ensuite été ravivée par la diffusion d’une photo. On y voit la jeune femme de 21 ans tenir son téléphone portable d’une main, et sa gorge ensanglantée de l’autre.

En quelques heures, l’image et le message sont relayés par plusieurs milliers d’internautes. Sur le Net, ils sont nombreux à suivre les évènements de Kiev, où la violente répression des opposants au pouvoir en place a fait une centaine de morts ces derniers jours.

Depuis son arrivée dans la capitale ukrainienne en début de semaine, Olesya décrivait ses craintes sur Twitter, évoquant notamment la venue de troupes russes pour soutenir les forces du gouvernement. Ce jeudi elle a tweeté son dernier message, annonçant sa mort. Depuis, les personnes qui la suivent n’ont eu droit qu’à un silence troublant.

Une certaine confusion a régné concernant le sort de la jeune femme

Pendant plusieurs heures, les nouvelles circulant à son propos étaient pour le moins contradictoires. Des messages de condoléances ont notamment été publiés, évoquant trop tôt la mort de l’infirmière. Il faut dire qu'il est difficile de vérifier des informations dans ce genre de circonstances. Les agences de presse AP et Reuters ont d'ailleurs elles-mêmes annoncé le décès d’Olesya.

Heureusement, l’infirmière serait toujours en vie. C’est en tous cas ce qu’a indiqué la résistance Ukrainienne, @EuromaidanPR, sur son compte Twitter. Elle y précise que la jeune femme a été opérée et qu'elle se trouve à l’hôpital, une information qui a depuis été confirmée par plusieurs autres sources.

Nouvelle démonstration de la force des réseaux sociaux lors de situations critiques

Difficile de rester insensible face à ce genre de témoignages. Les sites tels que Twitter permettent aujourd'hui de plonger au coeur de l'actualité. Ils participent aussi à la création de véritables phénomènes. Suite à cette histoire, Olesya Zhukovskaya est devenue un symbole de l'opposition ukrainienne.

Ce genre de situation n'est pas une première. Récemment, une journaliste égyptienne avait annoncé sur le réseau social son arrestation place Tahrir. Lors de sa libération quelques heures plus tard, la jeune femme avait pu constater les milliers de retweet et de messages de soutien envoyés en réponse à son appel à l'aide.

En 2009, la mise en ligne d’une vidéo montrant l’agonie d’une Iranienne après la répression sanglante d’une manifestation à Téhéran avait choqué le monde. La jeune femme est morte sous le regard des internautes, devenant ainsi l’icône de l’opposition au régime iranien.

Joyce Azar

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK