Impossible concertation et sueurs froides

Le Premier Ministre rappelle qu’il y a de larges places à la concertation avec les partenaires sociaux, mais l’ " autre chef de file " de la coalition, Bart De Wever a déjà signalé qu’il n’y avait pas d’alternative à la politique choisie et Didier Reynders ne dit pas autre chose, concédant à peine que l’on pourrait négocier des modalités particulières de départ à la retraite pour les métiers pénibles mais que bien entendu il n’était pas question de remettre en cause les options choisies.

Michel isolé ?

Au-delà de Charles Michel et de Kris Peeters, la concertation apparaît être à ce stade, un vœu pieux. Et comme les syndicats ne reverront pas leur agenda, plus grand-chose ne devrait se passer cette année.

Le Premier Ministre doit veiller à la cohérence de sa majorité, ce qui est moins le souci de la N-VA ou de… Didier Reynders. Le CD&V apparaît gêné aux entournures par le tour que prend l’action sociale en Flandre. L’ACV a mobilisé large et son président, Marc Leemans, a régulièrement des mots très durs pour ce gouvernement au service des actionnaires et des fortunés.

Au CD&V, on sait aussi que les derniers électeurs qui votent encore pour ce qui reste du CVP sont généralement liés de près ou de loin à l’ACW, ceux-là mêmes qui se sentent également floués dans l’affaire Arco.

Le plus dur ce sera pour le CD&V d’obtenir de ses alliés une marge de négociation, de quoi lâcher un peu de lest vis-à-vis des représentants des travailleurs. Pas sûr que la N-VA, l'Open-VLD ou… Didier Reynders ne lui fassent ce cadeau.

Mettre fin aux couacs

Entre une Marie-Christine Marghem qui entend seule prolonger les centrales nucléaires, Jacqueline Galant supprimer les lignes ferroviaires rurales, Bart Tommelein traquer les compteurs d’eaux et d’électricité sans tenir compte de la protection de la vie privée, etc. la vie gouvernementale fédérale n’est toujours pas un long fleuve tranquillité.

Et quand on sait que dès mercredi, tous les ministres et secrétaires d’état seront soumis tour à tour aux questions roulantes des députés sur leur projet politique… Charles Michel peut s’attendre à quelques sueurs froides.

 

 

Philippe Walkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK