Ecolo pris la main dans le tract

Ecolo pris la main dans le tract
Ecolo pris la main dans le tract - © Tous droits réservés

Ecolo est pris la main dans le tract et ça pourrait lui coûter cher. Un tract, distribué à Bruxelles, conçu par deux élus verts dont Zoé Genot. Il reprend les positions des différents partis en matière de liberté convictionnelle. Un tract destiné à un électorat musulman et qui souligne qu’Ecolo est, entre autres, pour le voile à l’école, pour l’abattage sans étourdissement. Un tract qui a été dénoncé en particulier par le MR et le cdH. Il a aussi été condamné par l’État-Major d’Ecolo. Zakia Khattabi a expliqué qu’il n’a pas été validé par le parti et le juge racoleur. Elle dénonce le communautarisme de ce tract mais reconnaît le fond. De son côté, Zoé Genot explique être désolée. Elle a voulu répondre, dit-elle, aux contre-vérités répandues par le PS. En somme, pour contrer le communautarisme de certains, Zoé Genot a fait elle aussi du communautarisme et ne l’a pas fait discrètement.

Retour de flamme

L’affaire pourrait coûter cher à Ecolo, surtout en Wallonie. Car l’électorat est de plus en plus volatil. Les électeurs sont plus susceptibles de changer leur vote. Dans notre dernier sondage, 60% des sondés disaient ne pas encore être certains de leur choix. De plus, si on regarde la structure des intentions de vote d’Ecolo, on se rend compte qu’elle reste très instable. Selon notre baromètre, seuls 23% des électeurs Ecolo votaient déjà Ecolo en mai 2014. 77% sont donc des nouveaux électeurs que le parti a réussi à capter. Capter dans les autres partis dits traditionnels (PS, MR, cdH), et surtout des primo votants, des jeunes. Cet électorat-là est particulièrement sensible à des éléments émotionnels ou polarisants. Or, s’il y a bien une question polarisante, c’est celle de la place de l’Islam dans la société. Un électorat volatil et de quoi allumer la mèche. Voilà tous les ingrédients d’un vrai tournant dans la campagne pour Ecolo. Hier, c’était le jour le plus long pour les verts.

Un tournant

Jusqu’ici Ecolo pouvait parer les différentes attaques venant des autres partis, par exemple à propos de la taxe sur la viande, en expliquant que c’était des caricatures. On pourrait même dire que les attaques incessantes venant du MR faisaient désormais partie de la dynamique de campagne pour Ecolo. Plus ils se faisaient taper dessus, surtout sans nuance, plus ça les renforçait quelque part dans leur positionnement. Ici le problème c’est qu’Ecolo se caricature lui-même. Ecolo est son meilleur ennemi comme cela a souvent été le cas dans son histoire.

Ecolo va maintenant devoir gérer un problème de temps. Le temps qu’il va falloir pour expliquer, nuancer, pour assumer sereinement ces positions n’est plus disponible. Le temps médiatique disponible pour Ecolo va devoir être dépensé pour aller sur un terrain où il ne voulait pas aller.

Autre problème à gérer, le silence des vrais concurrents d’Ecolo. Hier presque rien, rien de la part du PTB mais surtout du PS qui sont les deux partis qui pourraient profiter du report de vote des indécis. Aucun de ces deux partis ne souhaite faire de remous sur cette question qui les divise au moins autant que l’opinion. Le jour le plus long d’Ecolo n’est pas encore terminé.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK