Ecolo et le point Godwinov

Le ministre Ecolo bruxellois Alain Maron, a présenté ses excuses hier pour avoir annoncé que Bruxelles comptait acheter des terres agricoles dans le Brabant flamand et le Brabant Wallon. Ce qui avait déclenché une vive polémique. On en est très vite arrivé au point Godwinov. C’est la même chose que le point Godwin mais ici Staline remplace Hitler, les bolcheviques remplacent les nazis comme référence au mal suprême. C’est une tendance, plus une discussion dure, surtout s’il est question d’Ecologie, plus la probabilité d’avoir une référence au bolchevisme, au collectivisme ou aux Khmers est proche de 1.

L’erreur d’Alain Maron

Ça n’a pas loupé. Il faut dire qu’Alain Maron a fait fort. Avec une pointe d’arrogance, sans concertation, poussé par la volonté de parler d’autre chose que du Covid, il parvient à se mettre tout le monde à dos. Du monde sur les réseaux sociaux, des éditorialistes, les autres partis, et même une partie d’ECOLO fâchée de voir qu’il massacre les idées du parti. Une meute, un concert interrompu et généralisé de critiques. Il a donc dû s’excuser, pour tenter de tourner la page. Mais cette bourde va sans doute lui coller aux basques.

La malédiction d’ECOLO

Pour Ecolo l’histoire se répète. Après quelques mois au pouvoir, les relations avec les partenaires ont inexorablement tendance à se tendre. Les idées politiques avancées par les verts se confrontent aux arbitrages politiques. Là, pour les autres partis ils redeviennent des adversaires plutôt que les partenaires qu’ils ont été dans la confection de la majorité.

Souvent, cela part d’erreurs politiques des ministres Ecolo. Convaincus d’aller dans le sens de l’histoire, leurs idées, qui pour eux vont de soi, se fracassent à un mur de rapports de force. Mais l’histoire d’Ecolo est truffée d’idées qui n’ont pas été de soi. Les Ecotaxes, Francorchamps et la loi tabac, le survol de Bruxelles, la sortie du nucléaire, toutes ces idées qui se sont plus ou moins imposées avec le temps, se sont d’abord fracassées dans un concert de point Godwinov.

Ces derniers mois cela recommence. Zakia Khattabi et la taxe carbone à laquelle elle a été malgré elle associée. Alain Maron et son champ de blé dans une avenue bruxelloise qui a fait rire beaucoup d’agronomes. Aujourd’hui il récidive avec sa volonté d’acheter des champs dans les autres régions sans en parler à personne.


►►► Lire aussi : acheter des terres agricoles en Flandre et en Wallonie : le ministre bruxellois Alain Maron présente ses excuses

 

Sous nos yeux, l’éternel spectacle de la malédiction des ministres verts qui du haut de leurs idées se fracassent sur le macadam cynique de la rue de la loi.

Feu le débat d’idées

Mauvaise passe pour Ecolo et pour les idées écologistes. Et pour les idées tout court. Pour le dire clairement cette polémique sur l’achat de terres agricoles est nulle. Nulle, au sens où elle ne dit rien. Enlevez les coups de com' d’Alain Maron, biffez les effets de manches binaires de ses adversaires, du retour à la féodalité, au collectivisme et au quinoa et vous n’aurez plus grand-chose.

Cette polémique est nulle. Et en attendant, l’idée que les pouvoirs publics puissent réfléchir à la qualité de l’ensemble de la filière alimentaire, et donc aussi à l’accès à la terre, on n’en a pas parlé.

L’idée que la collectivité se donne matériellement les moyens de parvenir à une alimentation locale, on n’en a pas parlé.

L’idée qu’une région puisse acheter des terres pour favoriser l’accès à la profession de jeunes agriculteurs en louant des terres à des tarifs préférentiels. On n’en a pas parlé.

L’idée que nous puissions nous prémunir des menaces qui pèsent sur les terres agricoles alors que les Chinois ou la grande distribution achètent à tour de bras, on n’en a pas parlé.

Ce sont peut-être de très mauvaises idées, pour plein de bonnes raisons. Mais, quelles bonnes raisons ? Pourquoi l’Etat devrait-il se tenir loin de la terre ? Même ces raisons-là, on n’en a pas parlé.

Alain Maron a été nul, il a gâché une idée. Ses adversaires qui l’ont caricaturé à coups de poing Godwinov ont été encore plus nuls. Bref, une controverse nulle, une controverse avec des nuls, de la politique niveau zéro.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK