Ecolo et la bataille sanglante pour le centre

Bertrand Henne
Bertrand Henne - © Tous droits réservés

C’est peu dire que depuis quelques mois, depuis le choix de Benoit Lutgen de se séparer du PS, c’est Ecolo qui, dans les faits, occupe le centre de la scène politique francophone. Ce qui n’est pas la même chose de dire qu’Ecolo est du centre, parce que le centrisme, c’est un héritage politique en soi. Encore qu'au fond, il y a du centrisme chez Ecolo. Mais ça, c’est un autre débat.

Il y a d’abord, l'arithmétique. Osons une comparaison. Osons celle des groupes sanguins. Ecolo serait AB+, receveur universel.

Ecolo, receveur universel

Pourquoi receveur universel? Car il est capable de s’allier avec tout le monde sur le papier. La direction d’Ecolo fait tout pour ne se fâcher avec aucun parti.

Ce week-end, Ecolo organisait un débat sur l’allocation universelle. Ils avaient invité, entre autres, le MR Georges-Louis Bouchez et le PS Paul Magnette. C’est une ouverture très rare. Sur certains sujets, Ecolo tient donc à faire savoir qu'il est compatible avec le PS et le MR. Quand aux autres partis, le PTB le cdH et DéFI, ils n’étaient pas présents. Le président d’Ecolo, Patrick Dupriez, répond à propos du cdH dans le Soir: "Je n’ai jamais entendu quelqu’un du cdH parler de ce sujet autrement que par des slogans. Mais ils sont les bienvenus s’ils veulent participer". 

Voilà un comportement d’AB+ de receveur universel. C’est le seul parti francophone qui peut se le permettre.

Pendant qu'Ecolo jouait l'ouverture, le cdH lui semblait se fermer. Le cdH qui a déjà biffé le PS et le PTB de sa liste de donneurs, vient encore de barrer la NV-A. C’est assez cohérent comme position, mais pour sa transfusion politique, le cdH se coupe de beaucoup de donneur potentiel.

Ecolo, donneur universel

Si on suit la logique des groupes sanguins, Ecolo, en tant que receveur universel (AB+), ne peut donner de son sang qu’à un seul groupe, lui-même. C’est ici que la politique et le sang se séparent. Puisque c’est devenu une évidence, l’écologie se retrouve à dose plus ou moins grande dans l’ADN de tous les partis. Ecolo est donneur universel d’écologie, certains diront donneur de leçon aussi.

L’écologie se retrouve dans tous les partis. Et surtout de plus en plus au PS. Elio Di Rupo est encore en interview ce matin dans Sud Presse en disant “un bon socialiste est un écologiste”. Chez Ecolo, ce matin, tout le monde doit penser très fort aux convergences des gauches de 2002 où on avait surtout retenu que “tout bon écologiste est un socialiste”. Ça avait failli couler Ecolo.

Ecolo, le risque de saignée

La position plutôt favorable d'Ecolo à l'heure actuelle n'est pourtant pas sans risque. Le donneur universel risque la saignée, se retrouver vidé de sa substance par les autres partis qui font aussi de l’écologie. Et le receveur universel risque l’overdose, à force de transfuser avec tout le monde à gauche à droite au centre, le sang d’Ecolo pourrait devenir une bouillie illisible, sans ADN.

Et puis, Ecolo n’arrive pas à garder, stabiliser et convaincre sur le long terme ses électeurs qui sont très volatiles. Les lendemains de pouvoirs sont très souvent sanglants pour Ecolo. Car Ecolo est donneur et receveur universel non seulement d'idées mais aussi d'électeurs. Et ça n’a pas que des avantages.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK