Du wifi gratuit dans les trains et les gares?

Alain Gerlache
2 images
Alain Gerlache - © RTBF

Et pourquoi pas du wifi gratuit dans les trains et les gares ? C’est le nouveau patron de la SNCB qui pose cette question.

C'est une idée lancée par Jo Cornu lors de la présentation de ses vœux. Selon lui "Nous attendons aujourd'hui que l'hôtel ou une maison de vacances disposent de wifi. Il est donc inacceptable qu'on n'en trouve pas dans les trains et les gares".

Le nouveau patron des chemins de fer prend ainsi le contrepied de la direction précédente qui ne considérait pas le wifi gratuit comme une priorité. Elle s’appuyait sur un rapport qui concluait que ce n’est pas une demande qui figure en tête des préoccupations des usagers de la SNCB.

Cela dit, il existe déjà des formules d’accès à internet par abonnement. Mais la proposition de Jo Cornu rejoint ce qui se fait déjà en Allemagne et aux Pays-Bas, au moins sur les grandes lignes.

Mais peut-être que les voyageurs ont d’autres préoccupations plus basiques comme la ponctualité. C’est ce que disent des internautes qui ont déjà réagi sur les réseaux sociaux. "Comme cela les usagers pourront se tenir au courant des retards des trains", "Ca permettra de passer le temps". Pour Didier "c’est du tape-à-l’œil" Mais pour Abdeslam, "c’est le moins que l’on puisse attendre d’une société de chemins de fer moderne".

Un point de vue que partage le patron de la SNCB. Il inscrit cette proposition dans une philosophie globale du rôle de l’entreprise aujourd’hui : "Nous devons offrir une plus-value dans les gares. Le passager ne doit pas avoir le sentiment qu'il perd son temps dans la gare". Et ce serait aussi un avantage concurrentiel par rapport à la voiture.

Il reconnait que la ponctualité et la sécurité sont essentielles. Mais il ajoute que "d'autres aspects comme le confort et la communication deviennent toujours plus importants". Les gares doivent donc devenir "des espaces de travail et de rencontres avec des possibilités rechargement pour les appareils mobiles voir des salles de réunion pour les gens".

Cela fait rêver. Et d’autres internautes ne manquent pas de faire remarquer que c’est complètement irréaliste vu les finances de l’entreprise. Les coûts d’installation du wifi dans les trains sont très élevés. Pour Thomas, "Il suffit de prendre un vieil omnibus en ruine tard le soir pour se rendre compte de la situation".

En tout cas, la proposition de Jo Cornu s’inscrit dans une tendance lourde : celle de la délocalisation des lieux de travail et du fractionnement du temps d’activité professionnel. Aujourd’hui, de plus en plus de gens veulent pouvoir travailler où ils veulent et quand ils veulent. Et surtout ne plus perdre de temps. A attendre un train en retard par exemple.

@AlainGerlache #médiaTIC

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir