Des téléphones Google ou Facebook sur le marché dès l'an prochain?

illustration
illustration - © Belga

Des smartphones Google ou Facebook en vente dès l’an prochain, ce n’est pas impossible. L'actualité des médias et des nouvelles technologies.

L’info est donnée par le New York Times qui cite des sources à l’intérieur de Facebook et en dehors. Sous couvert d’anonymat, elles affirment que le réseau procède actuellement au recrutement d’ingénieurs spécialisés dans la téléphonie mobile. Parmi eux, il y aurait d'anciens collaborateurs d’Apple qui ont travaillé sur l’iPhone ou l’iPad. 

D’autres éléments indiquent que la sortie d’un téléphone intelligent siglé Facebook est plausible. D’abord, l’entreprise vient de lancer son propre magasin d’applications pour mobile qui pourrait à terme devenir indépendant, et donc concurrent, de celui de l’iPhone ou des téléphones Android.

Et puis, au plan stratégique, Mark Zuckerberg serait inquiet de voir Facebook relégué au rang de simple application pour téléphones si l’entreprise ne développe pas son propre matériel. C’est considéré comme crucial et c’est pour cette raison que les recrutements se font dans le plus grand secret.

Mais ce n’est pas la première fois que des médias se font l’écho de telles rumeurs.

C’est vrai. Mais cette fois le contexte tend à les valider. De plus en plus d’utilisateurs se connectent à Facebook via un téléphone ou une tablette. Et cela lui pose un vrai problème : il faut trouver le moyen de rentabiliser cet usage. Or la pub du site sur le mobile n’a pour le moment pas du tout le même impact que sur le web classique.

Et ce sont précisément les doutes quant à la rentabilité à terme qui ont refroidi certains investisseurs lors de l’entrée de Facebook en Bourse. Il va donc falloir rassurer le marché.

Cela dit, malgré les ratés, cette introduction a quand même rapporté pas mal de dollars. Ils pourraient être utilisés pour racheter RIM, l’entreprise canadienne qui produit les BlackBerry. RIM est au bord du gouffre. Selon des médias canadiens, il prépare une saignée de 2000, voire de 6000 emplois sur 16.500. Autre achat possible : le navigateur norvégien Opera. Il serait bien utile comme système d’exploitation pour un futur téléphone Facebook.

Des réactions de Facebook à propos de cette rumeur ?

La BBC a interrogé un porte-parole qui ne confirme ni ne dément. Il renvoie à un communiqué qui affirme, je cite : "La stratégie mobile (de Facebook) est simple : nous pensons que tout appareil mobile est meilleur s’il est profondément social." Avec ça, on n’est bien avancé…

Mais il y a un dernier argument qui plaide pour le scénario d’un téléphone Facebook : son concurrent Google vient de racheter le fabricant Motorola. Outre de précieux brevets, cela lui ouvre la porte vers une nouvelle diversification. Comme les bons vieux Microsoft et Apple dont le modèle d’affaires combine à la fois une offre logicielle et des produits physiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK