Des tablettes pour les bébés, une bonne idée ?

Il y a quelque temps, cette filiale du groupe Mattel avait déjà défrayé la chronique en présentant un pot pour bébé lui aussi équipé d’un écran comme celui d’un iPad. Son nom : iPotty. Pas un iPod donc, mais un iPot.

Tout le monde ne trouve pas ça amusant. L’association américaine Campaign for a commercial-free childhood, qui lutte pour mettre les enfants à l’abri des intérêts commerciaux et de la publicité, est vent debout contre ce type de produit. Par le passé, elle a déjà dénoncé l’arrivée sur le marché d’écrans destinés aux tout jeunes enfants. Mais ce nouveau transat est selon ses animateurs "le pire produit" du genre. La position de la tablette occulte complètement le reste de l’environnement de l’enfant. Son champ de vision est littéralement bloqué par la tablette. L’enfant n’est pas seulement captivé, il est aussi captif…

Mais c’est pratique pour les parents. Le fabricant propose aux parents de télécharger des applications dites "d’apprentissage précoce", qui permettront "de développer l’acuité visuelle des bébés et de les familiariser avec les lettres et les chiffres". L’association rétorque qu’il n’a jamais été prouvé que des nouveaux-nés apprennent quoi que ce soit de cette façon. En revanche, l’Académie des Pédiatres américains déconseille l’utilisation d’écrans pour les enfants de moins de deux ans. L’association estime donc que tout ça n’est que du marketing. Ce genre de produits permet surtout aux parents d’avoir la paix, sans aucune considération pour le bien de l’enfant : les bébés n’ont pas besoin d’applications, mais de contacts avec le monde réel, à commencer par la présence de leur parents. Elle a donc lancé une pétition en ligne pour exiger que la firme retire ce produit du marché.

Cela dit, on peut très bien arriver au même résultat en plaçant un enfant devant la télé. Et il y a aussi des chaînes de télé payantes qui se disent spécialement destinées aux bébés et qui font hurler les psychologues pour enfants, comme par exemple le français Serge Tisseron. Il ne faut donc pas rejeter la tablette d’office, mais pour des enfants plus âgés. Et en prenant certaines précautions comme le conseille un dossier de CNET : ne télécharger que des applications adaptées, activer les restrictions d’âge et garder le contact avec l’enfant quand il surfe.

@AlainGerlache #médiaTIC

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK