Coronavirus : politique ou fatalité ?

Coronavirus : politique ou fatalité ?
2 images
Coronavirus : politique ou fatalité ? - © Tous droits réservés

Nous ne sommes pas du tout dans une phase de maîtrise de l’épidémie. La crise sanitaire balaie toutes les autres questions. Mais déjà, le débat commence à s’engager faut-il remettre en question notre mode de vie ? Le débat prend une tournure politique. Il porte sur deux questions. Pourquoi cette crise ? Comment éviter ça à l’avenir ?

Et les réponses à ces questions traversent tous les clivages. Le traditionnel clivage gauche droite d’abord. A gauche la crise corona est imputée aux politiques de rigueur, aux économies dans les hôpitaux. Certains pointent aussi la mondialisation libérale dérégulée. Les écologistes dénoncent un commerce mondial destructeur de la nature. Bref c’est le système de production mondialisé qui est pointé du doigt, et une idéologie aussi : le néolibéralisme.

A droite par contre, la crise Cororna est d’abord un problème de gestion des risques. Des risques qui ont été mal calculés, mal anticipés par les états européens en particulier. Un problème d'organistion sanitaire qui ne remet en rien en cause la mondialisation, le système de production, la rigueur budgétaire, le marché libre.

Les autres clivages ne sont pas en reste. Populiste/élite, nationaliste/européiste, productiviste/écologiste toutes les lignes de fractures politiques offrent des lectures différentes de la crise du Coronavirus.

Fatalité ?

La politisation de la question du Coronavirus commence lentement chez nous aussi. Prenez ce tweet du président du MR Georges Louis Bouchez. Il répondait à un utilisateur du réseau qui pointait le fonctionnement actuel des sociétés modernes. Intervention de Georges Louis Bouchez

La grippe espagnole et les grandes épidémies au Moyen Âge n’ont pas attendu la globalisation… Je pense qu’il faut arrêter de faire de grandes théories sur la fin du monde. C’est une fatalité qui ne dit rien de notre système.

Le terme fatalité a suscité de nombreuses réactions. Le Coronavirus est-il une fatalité a laquelle nous étions mal préparés ou le produit de notre mode de vie, de notre organisation ? Réponse par exemple du ministre écologiste Bruxellois Alain Maron. Cette “fatalité” dit beaucoup de notre système si on analyse le mode de transmission à l’homme, la dissémination planétaire, les capacités à prévenir…

Autre Tweet à pointer celui du président du CD & V Joachim Coens. Pour lui cette crise nous apprend que : “les gens sont plus importants que les choses, que nous pouvons ralentir, que nous devons valoriser le bien-être et la nature.” On dirait Ecolo dans le texte et pourtant le Tweet a été relayé par un certain Théo Francken de la N-VA.

Tensions à venir

Avec la récession économique annoncée, ce débat va se tendre, va prendre du corps. La facture s’annonce énorme, on parle de 30 milliards d’euros en Belgique. Mais ce n’est qu’une toute première estimation. Qui va la payer cette facture ? Entreprises, particuliers, travail, capital patrimoine ? Qui va être mis à contribution ? Cette question va s’imposer massivement et rapidement. Ici il ne sera pas question de fatalité, mais de choix politiques et idéologiques. Des partis de gauche et de droite soutiennent le gouvernement fédéral. MR, Ecolo et le PS forment aussi la majorité en Wallonie. Des tensions politiques majeures sont à prévoir.

Nous ne savons pas encore aujourd’hui l’ampleur du traumatisme que va laisser le Coronavirus dans nos sociétés. Nous ne savons pas encore comment cette expérience va transformer ou non notre vision du monde, notre rapport à la santé, à la vie, à l’Etat.

Mais il est certain déja qu’il va falloir nous engager dans un vaste débat de société. Il nous faudra répondre ensemble à la question : dans quel monde voulons nous vivre ? Voulons nous vivre le plus possible comme avant, mais en étant mieux préparé aux pandémies, en gérant mieux les risques ? Ou est-ce que nous devons vivre autrement ? Se remettre en cause de manière plus radicale ? Après l’urgence, la politique reprendra ses droits.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK