Chuck Covid met les pieds où il veut, et c’est souvent dans la gueule !

Retour sur terre, le Covid est toujours là. Alexander De Croo convoque un conseil des ministres restreint pour évoquer la situation sanitaire. Vendredi, c’est Codeco, comité de concertation (avancé à ce mardi vu la dégradation de la situation sanitaire, NDLR). Pas de grandes mesures attendues, mais le retour du masque en Flandre risque de faire grincer des dents.

Masque et politique

Oui, car le gouvernement flamand avait fait grand cas de son abandon du port du masque dans les écoles ou dans les magasins. Une mesure largement poussée par la N-VA qui souhaitait ainsi récompenser les Flamands pour leur performance vaccinale. L’abandon du masque était justifiable par un taux de circulation virale assez bas. Maintenant que le taux repart en flèche il est donc assez logique de remettre cette mesure en cause.


►►► À lire aussi : Comment peut-on avoir une 4e vague… Avec 75% de personnes vaccinées ?


Mais l’abandon du masque revêtait aussi un caractère très politique. Bart De Wever avait fixé le cap en disant : "On ne peut pas demander aux Flamands de mettre leur vie en suspens parce qu’il y a un problème ailleurs." Traduction littérale du mantra nationaliste d’une Flandre qui traîne deux boulets, la Wallonie et Bruxelles et qui souhaite plus de méritocratie. La Wallonie et Bruxelles qui, comme punis, ont gardé le masque et étendu le Covid Safe Ticket.

Le problème de plaquer une lecture idéologique sur la gestion d’une épidémie c’est qu’aujourd’hui le retour éventuel du masque sonne un désaveu, comme une punition au nord.

Idéologie, arrogance et légèreté ?

Comme disait Chuck Norris, "je mets les pieds où je veux, et c’est souvent dans la gueule." Le Covid c’est la même chose. Il met les pieds où il veut, et c’est souvent dans la gueule. En l’occurrence dans la gueule de l’idéologie, de l’arrogance et de la légèreté. Il ne pardonne pas grand-chose.

Après l’idéologie de Bart De Wever, il y a l’arrogance. Chuck Covid n’aime pas non plus. Quand le Premier ministre parlait d’une "épidémie de non vaccinés", c’était une erreur. D’abord une erreur factuelle, car tous les épidémiologistes prévenaient qu’avec le variant Delta et l’échappement vaccinal, même faible, on allait forcément retrouver des vaccinés dans les hôpitaux. C’était une erreur politique surtout, car cela a laissé entendre que l’épidémie était terminée pour les vaccinés, ce qui n’est pas le cas.


►►► À lire : Le statut vaccinal des personnes hospitalisées (et les clés pour comprendre)


La légèreté, Chuck Covid, n’aime pas non plus. Quand la ministre Bénédicte Linard, ministre de l’Enfance et de la Santé, dit dans Le Soir "qu’un tiers de jeunes non vaccinés à Bruxelles, ce n’est pas grave", il y a de quoi en perdre son latin (qu’on enseigne plus beaucoup). Car oui au fond si ce n’est pas grave, alors pourquoi donc se faire vacciner ? Pourquoi payer des campagnes de pub, faire tourner des Vaccibus, imposer des Covid Save Ticket, si ce n’est pas grave ?

Décidément le Chuck Covid met les pieds où il veut. Et c’est souvent dans la gueule de l’idéologie, de l’arrogance et de la légèreté.

Rassurer

Avec un tel niveau de vaccination, les épidémiologistes sont pourtant globalement rassurants pour l’hiver. Mais tous reconnaissent qu’il existe une probabilité d’être à nouveau en difficulté dans les hôpitaux, surtout si l’épidémie de grippe se couple au Covid. Car le réservoir de personnes non vaccinées et le risque résiduel de personnes vaccinées peuvent nous amener à une situation délicate.


►►► À lire : Derrière les chiffres : une nouvelle courbe exponentielle du coronavirus ?


Retrouver du pragmatisme, de l’humilité et du sérieux c’est l’indispensable pour arriver à gérer ça. Entre vaccin, masques, aération, prudence on devrait pouvoir éviter des fermetures de secteurs. Sinon vous connaissez Chuck Covid, il met les pieds où il veut…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK